Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dijon : loi "sécurité globale", la centaine de manifestants "ne peut pas rester sans rien faire"

-
Par , France Bleu Bourgogne

Une centaine de personnes s'est rassemblée samedi 16 janvier 2021 pour protester contre la loi "sécurité globale" à Dijon (Côte-d'Or). Pour la première manifestation de l'année contre ce projet de loi, certains croient beaucoup moins à un retrait du texte, qu'au début de la mobilisation.

Une centaine de personnes s'est rassemblée contre la loi "sécurité globale" à Dijon.
Une centaine de personnes s'est rassemblée contre la loi "sécurité globale" à Dijon. © Radio France - Cédric Hermel

Ils ont été jusqu'à une centaine de personnes rassemblée devant la préfecture de Côte-d'Or à Dijon, samedi 16 janvier 2021, pour protester contre la loi "sécurité globale". C'est beaucoup moins que lors des précédents rassemblements : plus de 1.500 personnes ont manifesté le samedi 5 décembre 2020. 

"Ce ne sont pas les cent personnes ici qui vont faire bouger le gouvernement, il faut être plus nombreux", Benoît

Cette baisse de la mobilisation au fil des semaines en a affecté plus d'un parmi les manifestants présents rue de la Préfecture, à Dijon. "On fait ce qu'on peut mais ce n'est pas sur que le combat puisse reprendre" comme l'année dernière, peste Elodie, 23 ans. A quelques mètres de la jeune fille, Benoît, 60 ans, va plus loin. "_Ce n'est pas les cent personnes ici qui vont faire bouger le gouvernement, il faut être plus nombreux_."

Certains ne sont pas venus "à cause du froid. D'autres sont épuisés après les précédentes manifestations", souffle Elodie. "Ce n'est pas un essoufflement de l'espoir, c'est juste du à plein d'autres choses", se rassure la jeune fille. 

Un très maigre espoir de faire retirer le texte

Une centaine de personnes contre la loi "sécurité globale", c'est une première à Dijon. Les précédentes manifestations du mois de décembre 2020 ont rassemblé jusqu'à 1500 personnes. Rien de tout ça pour la première manifestation de l'année 2021. 

La seule chose qui ne change pas, c'est la demande du retrait du texte. Seulement les opposants y croient moins fort qu'au début. "C'est difficile d'y croire encore mais si on y croyait pas, on ne serait pas là", sourit Elodie, 23 ans. "On fait le minimum qu'on puisse faire", renchérit Benoît, mais ils ne "veulent pas rester sans rien dire sans rien faire. Je ne peux pas rester chez moi sans montrer mon opposition à cette loi."

Interdiction de manifester dans le centre-ville

Le rassemblement a commencé vers 11 heures dans la seule zone du centre-ville de Dijon où les manifestations sont autorisées entre 10 heures et 18 heures, samedi 16 janvier 2021. C'est la conséquence d'une décision de la préfecture de Côte-d'Or, prise la veille. 

Une centaine de personnes s'est rassemblée contre la loi "sécurité globale" à Dijon.
Une centaine de personnes s'est rassemblée contre la loi "sécurité globale" à Dijon. © Radio France - Cédric Hermel
Choix de la station

À venir dansDanssecondess