Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

[EN PHOTOS] L'entraînement des chars Leclerc d'Olivet qui défilent à Paris pour le 14-Juillet

-
Par , France Bleu Orléans

11 chars du 12ème régiment de cuirassiers d'Olivet vont défiler ce dimanche 14 juillet à Paris. Mais avant de descendre la prestigieuse avenue, il a fallu s'entraîner pendant une semaine, sur la base de Brétigny-sur-Orge (Essonne).

Les chars d'Olivet en position avant de s'entraîner à défiler.
Les chars d'Olivet en position avant de s'entraîner à défiler. - DR

Brétigny-sur-Orge, France

Le prestigieux défilé du 14 juillet à Paris, c'est près de 4 300 hommes et femmes et près de 200 véhicules qui descendent l'avenue des Champs-Elysées. Et parmi eux, 33 soldats viennent d'Olivet, dans le Loiret. Il font partie du douzième régiment de cuirassiers et vont défiler dans des chars Leclerc. Une première depuis 2011 pour eux. 

Les chars sur la piste de l'ancienne base aérienne de Brétigny sur Orge. - Aucun(e)
Les chars sur la piste de l'ancienne base aérienne de Brétigny sur Orge. - DR

Mais avant de défiler devant Emmanuel Macron et des millions de téléspectateurs, il faut s'entraîner. Le défilé est réglé comme du papier à musique. La position, la vitesse et les trajectoires sont millimétrées. Les chars doivent rouler à la vitesse de 14 km/h. Pas toujours facile pour une machine aussi puissante. "_Le char fait 56 tonnes et a une puissance de 1500 chevaux_. Donc il peut monter à 70 kilomètres par heure, témoigne le brigadier Joris, l'un des pilotes. En plus, le moteur est hyperbar. Donc quand on appuie sur l'accélérateur, on a directement 1500 chevaux de puissance." 

Pour se placer, c'est un peu de l'instinct." Le brigadier Joris, pilote de l'un des char

Dans le poste de pilotage, peu de fenêtres, et surtout, pas de compteur de vitesse visible. "On a des lignes au sol pour se caler, et des petits repères que l'on se donne nous, entre pilotes. C'est un peu d’instinct, de feeling. Il faut un peu d'expérience", appuie le pilote. 

La vitesse de chaque véhicule contrôlée par radar

Le deuxième entraînement de la journée commence à 9h30. Les chars s'allument dans un vrombissement assourdissant. Chaque char consomme 60 litres d'essence au seul démarrage, l'équivalent d'un plein entier d'une voiture citadine. Tout le monde s'élance, bien en ligne. Un drone filme le défilé, un radar contrôle la vitesse de chaque véhicule. Le capitaine Xavier, adjoint de l'escadron d'Olivet surveille ses troupes. "Il y a toujours à redire sur les alignements entre les chars. Mais on rentre plutôt dans le détail là, les positions de la tête, des mains sur le char..." Sur cet essai, les Leclerc roulent à environ 14,5 km/h. 

Après chaque défilé, les militaires sont brifés sur leur dernier passage. - Radio France
Après chaque défilé, les militaires sont brifés sur leur dernier passage. © Radio France - Théophile Pedrola

On joue des pannes qui pourraient avoir lieu." Le capitaine Xavier, adjoint du régiment.

Pour leur troisième passage, à 11h, les chars sont confrontés à un pépin mécanique. Une voiture tombe en panne en plein milieu du défilé. A plus de 250 mètres de la tribune officielle, il faut le contourner, et non s'arrêter. "On joue des pannes qui pourraient avoir lieu, confirme le capitaine Xavier. Les pilotes doivent avoir la bonne réaction pour que le défilé reste fluide, et sans à-coup."

Un véhicule en panne doit être rapidement remorqué.  - Radio France
Un véhicule en panne doit être rapidement remorqué. © Radio France - Théophile Pedrola

Le défilé est répété quatre fois par jour. Ce dimanche, les chars partiront très tôt le matin de Brétigny-sur-Orge. Il leur faudra environ une heure pour rejoindre l'avenue des Champs-Elysées. Les chars Leclerc d'Olivet devraient s'élancer vers 11h30 sur la plus belle avenue du monde. 

Une fausse tribune officielle a été érigée sur la piste de Brétigny. - Radio France
Une fausse tribune officielle a été érigée sur la piste de Brétigny. © Radio France - Théophile Pedrola