Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

En Touraine, des retraitées font leurs courses en minibus

mercredi 26 août 2015 à 14:32 Par Emma Sarango, France Bleu Touraine

Depuis la fermeture, en avril dernier, de la seule supérette de Saint-Branchs (Indre-et-Loire), une vingtaine de personnes âgées de cette commune de 2.500 habitants, sont acheminées deux fois par semaine en minibus vers la commune voisine. C'est la mairie qui propose ce service en attendant de pouvoir racheter le commerce.

Les bénéficiaires payent 1 euro par aller-retour dans la navette
Les bénéficiaires payent 1 euro par aller-retour dans la navette © Radio France

C'est un parfait exemple des difficultés que pose la disparition des commerces de proximité. A Saint-Branchs (Indre-et-Loire), la mairie a mis en place depuis trois mois une navette pour que les personnes âgées puissent faire leurs courses. Car le dernier supermarché a été placé en liquidation et le magasin le plus proche n'est désormais accessible qu'en voiture.

"Mon mari est handicapé, je n'ai jamais eu le permis de conduire" - Régine, 80 ans

Deux fois par semaine, le mardi et le jeudi, huit personnes, souvent des femmes, grimpent à bord de ce minibus, loué à la commune voisine pour un coût de 500 euros par trimestre , essence comprise. " *J'allais tous les jours à la supérette pour acheter les produits de base* "* , raconte Colette 81 ans, veuve depuis trois ans. Elle s'installe au fond du véhicule qui la conduit à Veigné, à 8 kilomètres de là. A côté d'elle, Régine, 80 ans, explique qu'elle doit se débrouiller seule à la maison. "Mon mari est handicapé, je n'ai jamais eu le permis de conduire et mes enfants sont dans le Sud, en Charente ou à Paris* ".

Une solution provisoire en attendant le rachat de la supérette

Sans compter que ces retraités ne touchent qu'une pension très faible et ne peuvent donc pas se permettre de recourir à des services payants. "Avant j'avais une aide ménagère qui me conduisait deux fois par semaine pour faire mes courses, mais ça me revenait très cher ", regrette Gislaine, 85 ans, qui est soulagée de ne payer maintenant qu'un euro son aller-retour en navette. Et surtout, ce périple est un moyen pour ces retraitées de rompre un qutoidien parfois triste. "On est contentes de se retrouver toutes ensemble, on en a besoin. Quand la navette, ce sera terminé, cela va nous manquer " sourit Jeanine, 83 ans. Car ce système n'a pas vocation à durer : la mairie a décidé de racheter l'ancienne supérette et de la louer à un particulier. Un investissement qui coûtera 300. 000 euros à la commune. Un nouveau commerce pourrait donc ouvrir début décembre.

Navettes St Branchs ENRO