Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

EN VIDÉO - Il y a 75 ans, Michel Prigent assistait à la libération de Lesneven

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Le 6 août 1944, les premiers soldats américains arrivaient aux abords de la ville de Lesneven (Finistère), alors sous occupation allemande. Ce soir là, Michel Prigent, âgé de neuf ans, a vu les premiers instants de la libération de sa ville natale. Il se souvient au micro de France Bleu Breizh Izel.

Michel Prigent, aujourd'hui âgé de 84 ans, se souvient parfaitement de la libération de Lesneven, à partir du 6 août 1944.
Michel Prigent, aujourd'hui âgé de 84 ans, se souvient parfaitement de la libération de Lesneven, à partir du 6 août 1944. © Radio France - Sarah Mansoura

Lesneven, France

"Ce n'est pas de la grande histoire, c'est de la petite histoire, vue par la petite lorgnette !" Michel Prigent tient à prévenir, avant de raconter ses souvenirs, que l'histoire qu'il raconte est celle d'un enfant de 9 ans. Ce soir du 6 août 1944, le jeune garçon qu'il était, sort de la maison familiale, en compagnie de cousins, des enfants de réfugiés brestois hébergés par sa famille, pour aller chercher de l'eau. Le petit groupe fait la rencontre de soldats allemands. 

"Nous avons entendu un vrombissement" et vu "un nuage de poussière", raconte Michel Prigent. "Ils ont commencé à crier 'Amerikanisch', 'Amerikanisch'! (...) Nous sommes rentrés en courant, et tout excités, nous avons dit à nos parents 'Les Américains sont là! ' Ils nous ont traités d'affabulateurs" sourit-il. "Ils ont vite compris que la situation était sérieuse lorsqu'il y a eu un énorme bruit, et la maison a vibré, un souffle d'air très puisant. On a vu dans la maison juste derrière un gros trou dans le toit. _C'étaient les Américains qui venaient de tirer un coup de semonce_" se souvient Michel. 

"C'était assez exceptionnel"

"Ça sortait largement de la routine" sourit Michel Prigent. "Voir la fin de ces années de présence allemande, c'était un grand bonheur. On s'est dit 'enfin, c'est fini'." Alors, 75 ans plus tard, participer à des commémorations, c'est "beaucoup d'émotion" pour le retraité. 

"Ces célébrations, cela fait partie de cette démarche de paix."

"Je pense qu'on le fait aujourd'hui dans un sentiment de paix. Figurez-vous que dix ans après, j'étais en Allemagne, où je suis resté presque neuf ans. On avait le statut d'occupant, cette fois. J'ai découvert un peuple sympa, je me suis fait des tas d'amis, ça a été formidable. De ce fait-là, je suis un Européen convaincu. Pour moi ces célébrations, cela fait partie de cette démarche de paix, de réconciliation, et on ne peut qu'espérer que cela continue" conclut-il.