Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Enfin le téléphone portable pour dix villages de Drôme et d'Ardèche

jeudi 28 juin 2018 à 4:51 Par Emmanuel Champale, France Bleu Drôme Ardèche

Le gouvernement a présenté mercredi la liste des 485 communes françaises où les opérateurs de téléphonie mobile vont devoir implanter des antennes 4G. Six commune ardéchoises et quatre communes drômoises sont concernées.

( photo d'illustration )
( photo d'illustration ) © Maxppp - MICHAEL ESDOURRUBAILH

C'est peut-être la fin de toutes les zones blanches qui se profile. Dans le cadre du plan pour l'aménagement numérique des territoires, 485 communes françaises ont été désignées comme "prioritaires" par le gouvernement pour l'installation de relais de téléphonie mobile 4G. 

Six municipalités sont concernées en Ardèche : 

  • Ajoux 
  • Issamoulenc 
  • Saint-Cierge-la-Serre
  • Lentillères
  • Thorrenc
  • Valvignières 

Quatre communes seront aussi équipées dans la Drôme :

  • Aleyrac
  • Combovin
  • Saint-Laurent-en-Royans
  • Véronne

Pas avant un ou deux ans

Si le principe est acté dès cette année, la mise en service des relais de téléphonie mobile ne devrait pas intervenir avant un ou deux ans, le temps de réaliser les travaux

Selon Julien Denormandie, secrétaire d'État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, chargé de ce dossier, les opérateurs de téléphonie mobile investiront trois milliards d'euros pour mettre fin à toutes les zones blanches. 

Peu enclins jusque là à investir dans des territoires ruraux peu rentables, ils n'ont plus le choix : s'ils ne font pas, l'État leur refusera les fréquences indispensables à leur activité : un "contrat" au mois de janvier 2018.