Société

Enfin une étoile pour la Belle Meunière ?

Par Valentine Letesse, France Bleu Pays d'Auvergne dimanche 31 janvier 2016 à 18:22

Le chef Laurent Jury et son second Louis Erard de la Belle Meunière à Royat.
Le chef Laurent Jury et son second Louis Erard de la Belle Meunière à Royat. © Radio France - Valentine Letesse

Ce lundi 1er février, les nouvelles étoiles du guide Michelin seront dévoilés. Dans la course, le restaurant la Belle Meunière à Royat.

Cette étoile elle l'a éprouvé pendant des années. Alors aujourd'hui après des décennies d'espoir, Laurent Jury ne l'attend plus. "On s'est enlevé cette idée là de notre tête pour ne pas se rendre malheureux. Parce que quand on se bat et qu'on y arrive pas, c'est une punition." À 51 ans, ce chef cuisinier ne travaille plus pour la récompense comme il l'explique, mais pour ses clients. S'il reste dans la course à l'étoile, c'est sans stress, sans pression. _"Si vous ne m'en aviez pas parlé je n'y aurais même pas pensé." ajoute-t-il. "On n'en parle pas entre nous. Si, on se dit : tiens, elle est jolie cette assiette, elle mériterait une étoile." _

Le témoignage de Laurent Jury.

Je n'ai plus du tout envie de me rendre malheureux par rapport à ça. - Laurent Jury, chef de la Belle Meunière à Royat.

Après des années à s'en rendre malade, le chef reçoit désormais la nouvelle du guide Michelin avec philosophie. L'esprit de compétition est toujours là, mais rêver du "Saint Graal des cuisiniers" c'est pour les jeunes explique Laurent Jury. Justement, les jeunes dans sa brigade ils sont nombreux. Louis Erard, 21 ans est second de cuisine. Pour le jeune homme qui a déjà travaillé dans deux restaurants étoilés, "c'est le plaisir de cuisiner avant tout. On fait du mieux qu'on peut. On se met de la pression positive le matin en se réveillant. Si le travail marche, peut être que la récompense sera là un jour !"  mais l'apprenti Maxence Treffont tempère. "si on l'a tant mieux, mais si on ne l'a pas on va vivre avec !" . Ce qui compte, c'est d'être fier de sa cuisine, de faire plaisir aux clients : c'est le cas à la Belle Meunière. 

Le reportage de Valentine Letesse dans les cuisines de la Belle Meunière.

Dessert du jour à la Belle Meurnière. - Radio France
Dessert du jour à la Belle Meurnière. © Radio France - Lucas Toury