Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Enseignants soulagés et parents inquiets à Hayange où la justice oblige le maire RN à rouvrir les écoles

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Le tribunal administratif de Strasbourg a ordonné au maire Rassemblement national de Hayange de rouvrir les 13 écoles de la commune à partir du 22 juin. Fabien Engelmann continue d'insister sur les dangers du virus. Beaucoup de parents sont inquiets de renvoyer leurs enfants à l'école.

L'école primaire Jean de la Fontaine de Hayange doit rouvrir ce lundi 22 juin (illustration).
L'école primaire Jean de la Fontaine de Hayange doit rouvrir ce lundi 22 juin (illustration). © Radio France - Marc Bertrand

"Les enfants, vous avez envie d'y retourner, à l'école ? - Ouiiii", répondent en coeur Mattéo et Sylvia, 7 et 10 ans. Leur mère Félicia est beaucoup moins enthousiaste. Par "peur du virus", elle hésite à remettre ses enfants à l'école. C'est pourtant le retour "à la normale" à l'école ce lundi 22 juin partout en France, comme l'a décrété le Président de la République Emmanuel Macron dans son allocution le 14 juin. 

À Hayange, en Moselle, la décision passe beaucoup moins bien qu'ailleurs. Le maire Rassemblement national de la commune de 15.000 habitants, Fabien Engelmann, est contre la réouverture des 13 écoles sa ville depuis le début du déconfinement. Et l'allocution du Chef de l'Etat ne l'a pas fait changer d'avis. A tel point qu'il a fallu une décision du tribunal administratif de Strasbourg pour le résigner à rouvrir les établissements scolaires.

"Le maire devrait pouvoir décider pour sa commune"

Le maire ne cache pas être contraint et forcé. Fabien Engelmann continue d'invoquer le principe de précaution et d'insister sur le "risque toujours important" lié au coronavirus. Il affirme même qu'il soutiendra "les parents qui souhaitent toujours garder leurs enfants à la maison" pour les deux dernières semaines de classe.

Dans la commune qui vient de le réélire à 67% au premier tour le 15 mars, le sujet divise, mais beaucoup d'habitants sont sensibles à l'argument brandi par le maire : "Il avait raison de fermer, le virus est encore là, on pourrait attendre de voir au mois de septembre", assure Félicia. "Le maire devrait pouvoir décider pour sa commune sans être forcé par Macron ou par la préfecture, sachant qu'il y a un risque énorme, c'est incompréhensible", ajoute Steve, son compagnon. 

Ecole non, fête foraine oui ?

Le couple hésite à remettre ses enfants à l'école, "mais si l'école rouvre, alors on risque de nous couper les allocations si on fait manquer plus d'une semaine aux enfants", s'interroge Félicia. Ce ne sera pas le cas : le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a assuré qu'aucune sanction ne serait prononcée contre les parents

Mais parmi les habitants, certains critiquent une position "politique" du maire de la ville : "Il a voulu dire non pour s'opposer au gouvernement et faire parler de lui. Ca ressemble à de l'opposition systématique", estime James, un Hayangeois qui n'a pas voté Engelmann le 15 mars. Certains soulignent aussi que si la ville ne souhaite pas rouvrir ses écoles, elle a rouvert les marchés, et même la fête foraine, ce dimanche 21 juin

"Six mois sans école, c'est énorme"

Pour les enseignants, la décision de justice est un soulagement, assure Laura, une enseignante de primaire qui donne un prénom d'emprunt "parce que je suis soumise au devoir de réserve en tant que fonctionnaire. Mais oui, ça a été compliqué avec la mairie" pendant ces trois mois de fermeture, assure-t-elle : "On est contents que les enfants reviennent. Rouvrir en septembre, c'est six mois sans école. Au niveau scolaire c'est une chose, mais c'est surtout important pour la sociabilisation de revoir les copains, et dans certaines familles, les parents ne parlent pas français à la maison, et c'est important pour ces enfants de reprendre l'école"

Les enseignants ont préparé en urgence la rentrée dès vendredi, avec des réunions, et samedi en retournant à l'école pour les préparatifs : "Nous, on n'aura pas de reprise progressive", fait remarquer Laura. "Lundi, du jour au lendemain on a théoriquement tous les élèves qui peuvent revenir"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu