Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Environ 2.000 gilets jaunes dans les rues de Nîmes pour l'acte IV de la mobilisation

samedi 8 décembre 2018 à 19:43 Par Julie Munch, France Bleu Gard Lozère

Même s'ils étaient un peu moins nombreux que la semaine dernière, les gilets jaunes étaient à nouveau au rendez-vous pour l'acte IV de la mobilisation ce samedi 8 décembre. Ils étaient environ 2 000.

Des gilets jaunes dans les rues de Nîmes
Des gilets jaunes dans les rues de Nîmes © Radio France - Julie Munch

Nîmes, France

Environ 2 000 gilets jaunes ont défilé dans les rues de Nîmes ce samedi 8 décembre pour l'acte IV de la mobilisation, même s'ils étaient un peu moins nombreux que la semaine dernière. Les manifestants sont partis du stade des Costières et ont rejoint la préfecture du Gard. La manifestation s'est déroulée dans le calme, sans violences ni affrontements. 

Pas de violence dans les actes mais une image très forte

Toutefois, on retiendra une image très forte qui peut-être perçue comme choquante. Les gilets jaunes ont guillotiné un pantin représentant le chef de l'Etat Emmanuel Macron devant le palais de Justice à Nîmes. Pour Alissone, une gilet jaune, il s'agit d'un acte à connotation révolutionnaire et symbolique: "Nous ne voulons pas décapiter Emmanuel Macron. C'est une image pour demander sa démission", explique cette jeune infirmière. 

La tête en carton a ensuite été jetée dans la foule sous les applaudissements. Le cortège a ensuite rejoint la préfecture du Gard où des gendarmes mobiles se contentaient de surveiller les manifestants. 

Deux jeunes placés en garde à vue

La manifestation s'est terminée dans le calme. Deux jeunes ont cependant été interpellé en flagrant délit de vols et placés en garde à vue vers 18h après avoir tenté d'envahir la galerie commerciale Cap Costières.