Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plus de 250 gilets jaunes, anti-masques et opposants à la loi "sécurité globale" défilent à Avignon

-
Par , France Bleu Vaucluse

Les manifestants sont partis en début d'après-midi du parking des allées de l'Oulle pour rejoindre le tribunal judiciaire en passant par le centre-ville d'Avignon. Ils étaient environ 200.

Près de 200 personnes ont défilé dans le centre d'Avignon ce samedi 21 novembre
Près de 200 personnes ont défilé dans le centre d'Avignon ce samedi 21 novembre © Radio France - François Breton

Une manifestation aux revendications hétéroclites ce samedi après-midi dans le centre d'Avignon. Les gilets jaunes fêtaient, à quelques jours près, les deux ans du mouvement, débuté le 17 novembre 2018. Répondant au slogan de la manifestation, "Pour nos libertés", plus de 250 gilets jaunes de la première heure ou simples citoyens ont défilé du parking des allées de l'Oulle jusqu'au tribunal judiciaire.

Plusieurs parents d'élèves du département ont fait le déplacement. Ils dénoncent le port du masque obligatoire pour les enfants dès 6 ans. "C'est criminel de museler nos petits enfants avec des masques !", lance avec rage une maman. Son fils a été exclu l'école alors qu'il disposait d'un certificat de contre-indication pour le mort du masque. "Qu'est-ce qu'on leur imposera après ?", s'interroge la maman qui estime, sans preuve tangible, que la population est manipulée par des élites.

"Rien n'a changé en deux ans"

Les gilets jaunes forment une grosse partie du cortège. Daniel manifeste sur les ronds-points et dans la rue depuis deux ans. Malgré quelques victoires au début du mouvement, comme la suppression de la taxe sur le carburant, la situation économique ne s'améliore pas. "J'ai 1 200 euros de retraite, le tarif de l'électricité a augmenté de 8% en mois. On doit payer la TVA et à côté de ça, des entreprises comme Amazon ne payent presque pas d'impôts ! Ce n'est pas normal !"

La loi "sécurité globale" ne passe pas

Le retraité pointe aussi du doigt la loi "sécurité globale", débattue et votée à l'Assemblée nationale cette semaine. Plusieurs de ses articles sont controversés, notamment le n°24. Il prévoit de sanctionner d'un an de prison et de 45 000 euros d'amende la diffusion de "l'image du visage ou tout autre élément d'identification" des forces de l'ordre en intervention quand elle porte "atteinte" à leur "intégrité physique ou psychique"

Rue de la République, le cortège croise des policiers bloquant l'accès à une rue perpendiculaire. Ils sont hués, quelques chants anti-polices sont entonnés sans être repris par la foule et la manifestation reprend sa route. 

Lise est venu avec deux de ses amis manifester. Elle a l'impression que ses libertés régressent sans que les politiques n'agissent vraiment. "Moins de deux cents députés étaient présent dans l'Assemblée vendredi pour voter cette loi, ce n'est pas normal. Ça me paraît être une loi qui touche à nos libertés. Tous les députés doivent être présents quand il y a des lois aussi importantes qui passent. "

La manifestation s'est terminée en fin d'après-midi devant le tribunal judiciaire d'Avignon. Un nouveau rassemblement est prévu le 28 novembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess