Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Environ 200 manifestants contre la réforme des retraites au péage de Gerzat

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Syndicats et gilets jaunes se sont retrouvés au péage de Gerzat pour lever les barrières, dimanche, durant une heure. Ils ont aussi tracté et fait une quête, auprès des automobilistes, pour soutenir financièrement le mouvement, qui dure depuis un mois.

Environ 200 manifestants dimanche au péage de Gerzat.
Environ 200 manifestants dimanche au péage de Gerzat. © Radio France - Léo Corcos

, CGT, FO, Solidaires, mais aussi des gilets jaunes ont pu, durant une heure, lever les barrières du péage de Gerzat, lieu désormais emblématique de la contestation sociale dans le Puy-de-Dôme. "C'est une manifestation déclarée, la préfète nous a accordé le droit de faire cette action", affirme Ghislain Dugourd, le secrétaire général de l’union CGT du Puy-de-Dôme

Il y avait trois couches de contestation. D'abord, ceux qui donnaient de la voix, haut-parleur en main ("La retraite avant l'arthrite", "La réforme on en veut pas"...). Il y avait ensuite ceux qui distribuaient des tracts aux automobilistes, pour "continuer à informer les gens", selon les militants. Et puis, il y avait ceux qui quêtaient l'argent auprès des automobilistes, au travers de cagnottes de fortune. Une opération qui a plutôt bien marché, les automobilistes donnant autant des billets que des pièces, parfois même avec un mot d'encouragement. "Comme quoi la population soutient le mouvement ! Les gens sont contents, ils s'arrêtent, ils donnent le sourire... C'est parfait", sourit Nicolas Duquerroy, secrétaire départemental du SNUDI-FO 63. Selon un sondage Ifop paru dimanche, 44% des Français soutiennent le mouvement, chiffre en baisse depuis le 5 décembre, mais qui reste relativement élevé. 

Évacuation dans le calme

Au bout d'une heure de manifestation, les gendarmes sont entrés en scène, pour évacuer les manifestants. Opération qui s'est passée dans le calme, et même en chanson. Les gendarmes possédant des gilets réfléchissants jaunes, ils ont été accueillis aux cris de "les gendarmes, avec nous !" de la part des manifestants.

D'autres opérations auront lieu dans la semaine, qui s'annonce décisive pour la suite du mouvement. Gouvernement et représentants syndicaux se retrouvent mardi 7 janvier pour une nouvelle tournée de discussions. Mais les syndicats ont déjà appelé à une nouvelle mobilisation, jeudi 9 janvier, signe qu'ils n'attendent pas grand-chose de la reprise des discussions. "Ce sera une semaine décisive très chargée. Départementalement, on a décidé de faire des actions le 9, le 10, le 11 et peut-être au-delà, si on a bien mobilisé sur ces trois jours. Il va falloir passer la vitesse supérieure", affirme Ghislain Dugourd. Mais le leader CGT confie tout de même : "J'espère que ça n'ira pas au-delà du 22... car financièrement, et même familialement, ça devient raide. Certains collègues, sur leur paie de janvier, vont avoir un salaire à deux chiffres. C'est compliqué".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess