Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Environ 200 personnes au rassemblement citoyen de Pézenas

-
Par , France Bleu Hérault

Le maire de Pézenas a invité la population à participer mercredi soir à un rassemblement pour expliquer pourquoi des réfugiés mineurs allaient s'installer dans la commune alors qu'il n'a pas été prévenu au préalable. L'élu n'a pas caché son mécontentement.

Les habitants de Pézenas attentifs à l'intervention du maire
Les habitants de Pézenas attentifs à l'intervention du maire - Mairie Pézenas / service communication

Le coup de gueule du maire de Pézenas (Hérault) a été entendu en partie par la population. Alain Vogel-Singer a invité ce mercredi soir les habitants à un rassemblement citoyen devant la Marianne de la Ville. Quelque 150 à 200 Piscénois ont répondu à son appel. Car la municipalité a appris mardi, sans aucune concertation, que 24 jeunes réfugiés allaient s'installer dans le cœur de Ville. Ces jeunes de 16 à 18 ans arrivent de Syrie, Afghanistan et d'Afrique. L'élu et sa majorités dénoncent la manière forte. 

"Nous avons été mis devant le fait accompli par le Conseil départemental qui gère le service d'aide sociale à l'enfance."

Le maire de Pézenas ne s'oppose pas à cette venue, bien au contraireb précise l'élu à France Bleu Hérault. Mais pour le bien-être de ces jeunes, et pour une bonne intégration, il aurait été nécessaire de les accompagner. Mais pour cela, il aurait fallu être associé à cette démarche de l’Association nationale de recherche et d’action solidaire (ANRAS).

"Nous avons été dans l'incapacité de répondre aux interrogations de la population" dixit le maire

L’une des premières conclusions du Grand débat nationale s’oriente vers le renforcement du lien entre instances nationales et collectivités locales. Là, c'est tout l'inverse, déplore Alain Vogel-Singer.

"Tout le monde avait l'impression que la ville de Pézenas était à l'origine de cette démarche" rajoute l'élu.

Dans un communiqué, le Conseil départemental précise que l’accueil de mineurs non-accompagnés est une compétence obligatoire des Départements au titre de l’aide sociale à l’enfance.  

"L’Hérault ne faillira pas à la tradition de la France, patrie des droits de l’Homme, qui a su en son temps accueillir les réfugiés belges, italiens, espagnols, qui ont fui leur pays pour sauver leur vie."

Le conseiller départemental et maire socialiste de Florensac, Vincent Gaudy, qui a fait le déplacement mercredi soir pour entendre les doléances des élus et des habitants, a cependant dit au maire qu'il comprenait son désarroi. 

L’ANRAS est gestionnaire de plusieurs structures de placement et d’hébergement concernant le domaine de l’enfance, de la jeunesse, des personnes handicapées et des personnes âgées. Cet organisme a des agréments et habilitations pour ces différentes formes d’accueil dans 10 départements (Aude, Aveyron, Ariège, Gers, Haute Garonne, Hautes Pyrénées, Lot, Tarn, Tarn et Garonne, Hérault). Elle dispose dans trois communes de l’Hérault de dispositifs d’accueil ,dont un à Pézenas sous la forme de six baux de location de logements auprès du parc privé. Une équipe de sept personnes, encadrées par un chef de service et comprenant des travailleurs sociaux et des veilleurs de nuit, assure la gestion de l’ensemble.

Tous les niveaux institutionnels, tant de l’État (préfecture, procureur, juge) que du Département (Direction des solidarités, service de l’aide sociale à l’enfance) agissent dans un contexte strictement encadré par la loi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu