Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Environ 25 migrants entrent à l'intérieur du cinéma Klub de Metz pour y passer la nuit

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Ce samedi soir, environ 25 réfugiés se sont rendus à la diffusion du documentaire "Libre" au cinéma Klub de Metz. Ils étaient soutenus par le Collectif mosellan de lutte contre la misère (CMLM). Ils ont été évacués dans la nuit vers 2h30 et cherchent un nouvel endroit pour dormir.

Era et son père se sont retrouvés sous les arcades de la place de la Comédie après avoir essayé de dormir dans le cinéma Klub.
Era et son père se sont retrouvés sous les arcades de la place de la Comédie après avoir essayé de dormir dans le cinéma Klub. © Radio France - Arthur Blanc

Metz, France

Ils avaient choisi le film "Libre" pour s'infiltrer dans le cinéma Klub. Un choix qui n'était pas anodin, tant ce documentaire retrace le parcours de Cédric Herrou, cet habitant du sud-est de la France qui aide les migrants. Mais l'action a finalement été interrompue ce dimanche vers 2h30, lorsque tout le monde a été évacué du cinéma messin.

Le cinéma Klub, dans lequel le CMLM a essayé de faire dormir environ 25 migrants. - Radio France
Le cinéma Klub, dans lequel le CMLM a essayé de faire dormir environ 25 migrants. © Radio France - Arthur Blanc

Les femmes et les enfants sont logés jusqu'à ce lundi matin dans quatre chambres d'hôtel, réservées par la commune de Metz. "Il fallait protéger les personnes les plus vulnérables", commente Raphaël Pitti, conseiller à l'urgence sociale et solidaire à la mairie. En attendant de pouvoir s'entretenir avec la Préfecture sur le lieu qui servira de refuge à ces migrants. Ne restait plus que onze hommes qui ont passé la nuit dans la rue.

C'est une chasse à l'homme

Sans solution pour trouver un toit, les réfugiés se sont rendus sous les arcades de la place de la Comédie. Avant que la police ne leur demande de partir ce dimanche. "C'est une chasse à l'homme, à l'humain", se désole Chantal Duez-Muszynski, militante au CMLM. Era a 16 ans et a été hébergée par une membre du collectif. "On ne peut rien faire. Heureusement qu'on m'a donné un toit, mais malheureusement, mon père n'en a pas eu."

Ce lundi, la mairie et la préfecture vont décider de ce que vont devenir ces 25 migrants. Ils se sont rendus pour l'instant dans le gymnase du square du Luxembourg.