Société

Épandages de pesticides devant l'école de Villeneuve-de-Blaye : la justice prononce un non-lieu

Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde et France Bleu jeudi 7 septembre 2017 à 16:35

En mai 2014 des élèves avaient été pris de malaise
En mai 2014 des élèves avaient été pris de malaise © Radio France - Xavier Ridon

Le juge d'instruction en charge de ce dossier a estimé qu'on ne pouvait pas prouver le lien entre les malaises des enfants et l'épandage de pesticides devant leur école. La Sepanso conteste la décision et annonce ce jeudi qu'elle fait appel.

Le bras de fer continue entre les viticulteurs girondins et les opposants aux pesticides. Dans l'affaire de l'épandage de produits phytosanitaires près d'une école en mai 2014 à Villeneuve-de-Blaye, la justice vient de prononcer un non-lieu en faveur de deux viticulteurs mis en examen. A l'époque, plusieurs enfants de l'école avaient été pris de malaises.

Finalement le juge d'instruction en charge du dossier considère que malgré "un doute" "aucun élément objectif ne permet d'assurer" que les pesticides sont à l'origine de l'intoxication des enfants. C'est une immense déception pour les écologistes de la SEPANSO, l'association qui est partie-civile dans ce dossier a fait appel de la décision ce jeudi matin.

Les enfants méritent un procès. Dans cette affaire on a l'impression qu'il y a des pressions. Il faut dire que nous sommes en Gironde où la viticulture est importante ...

— Daniel Delestre, président de la Sepanso 33

En attendant la suite judiciaire les deux viticulteurs visés par la procédure se déclarent soulagés. Bernard Farges, président du syndicat des Bordeaux et Bordeaux supérieur, joue la carte de l'apaisement. Il pointe aussi les efforts entrepris par la viticulture pour réduire les effets néfastes des pesticides.

C'est une bonne nouvelle pour nos 2 collègues viticulteurs mais nous savons aussi que nous devons être plus attentif sur notre environnement

— Bernard Farges