Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Epidémie chez les chevaux : des concours annulés au pôle hippique de Saint-Lô

lundi 7 mai 2018 à 18:49 Par Margot Delpierre, France Bleu Cotentin

Un cas de rhinopneumonie a été détecté samedi 5 mai au pôle hippique de Saint-Lô (Manche). Par précaution, les concours et autres activités sont annulés pour les dix prochains jours afin d'éviter la contagion. Les éleveurs manchois redoutent l'épidémie.

 Deux concours et un spectacle équestre sont annulés au pôle hippique de Saint-Lô
Deux concours et un spectacle équestre sont annulés au pôle hippique de Saint-Lô © Radio France - Margot Delpierre

Tréauville, France

L'épidémie qui touche l'Ouest de la France semble arriver dans la Manche. Un cas de rhinopneumonie, sorte de grippe du cheval, a été détecté le week-end dernier au pôle hippique de Saint-Lô. Conséquence : les deux concours et le spectacle équestre prévus d'ici à la semaine prochaine sont annulés.

Conformément au protocole sanitaire en vigueur, les activités reprendront au bout de dix jours si aucun autre cas ne se déclare.

La rhinopneumonie, "une roulette russe"

L'annonce de ce cas inquiète certains éleveurs, comme Laurent Jouanne, ancien cavalier installé à Tréauville (près de Flamanville). "J'en ai pas dans mes écuries, mais ça peut se développer si on bouge nos chevaux sur des terrains de concours. Le problème, c'est que si on se déplace avec un cheval porteur du virus, il risque de le donner à d'autres", redoute l'éleveur de chevaux de course.

Quand un cheval fait une rhinopneumonie, il commence par avoir de la fièvre, parfois il tousse. C'est un virus qui revient régulièrement, ce n'est pas exceptionnel mais ça peut être grave : jusqu'à provoquer un avortement chez une jument en gestation ou même la mort du cheval, quand la rhinopneumonie s'attaque au système nerveux.

"On croise les doigts pour que nos chevaux ne l'attrapent pas, explique Laurent Jouanne, parce que c'est une perte sèche." 

Un cheval, pour l'emmener à un haut niveau, c'est beaucoup de travail. Quand vous êtes obligés de l'euthanasier, tout ce travail est éradiqué en 15 jours - Laurent Jouanne, éleveur 

Quelles solutions ?

Laurent n'oublie pas de vacciner ses chevaux et de faire revenir le vétérinaire chaque année pour les rappels. Comme cela ne suffit pas toujours, il préfère laisser les bêtes à l'écurie pour réduire le risque de contagion, quitte à louper des compétitions.

"C'est la meilleure solution pour éviter d'attraper la maladie mais ce n'est pas durable, explique l'éleveur. Si on ne sort pas, nos chevaux ne sont pas vus, on ne voit pas les clients, on ne fait pas de commerce et c'est un manque à gagner".