Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Épinay-sur-Seine rejoint l'Appel des coquelicots et demande l'interdiction totale des pesticides de synthèse

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Le conseil municipal d'Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) a voté, fin juin, un vœu pour rejoindre l'Appel des Coquelicots et pour interdire totalement l'utilisation des pesticides de synthèse.

Interdiction de pesticides de synthèse chez les particuliers. Photo d'illustration
Interdiction de pesticides de synthèse chez les particuliers. Photo d'illustration © Maxppp - Maxppp

Épinay-sur-Seine, France

L'interdiction des pesticides, ce n'est pas nouveau à Épinay-sur-Seine. Alors que la loi interdit depuis 2017, aux communes de traiter leurs espaces verts avec ces produits, la ville de Seine-Saint-Denis s'y était mise dès 2005.

Sensibiliser les particuliers, les entreprises et les copropriétés

La mairie poursuit dans cette voie. Lors de la séance du 27 juin dernier, le conseil municipal à voté à l'unanimité un vœu pour rejoindre l'Appel des coquelicots, un appel pour interdire tous les pesticides de synthèse. La ville incite également tous les particuliers les copropriétés et entreprises privées à ne plus utiliser ces produits chimiques. 

Même si, là encore, la loi officiellement l'interdit depuis le 1er janvier 2019, beaucoup d'habitants ont encore des stocks d'herbicides chez eux, explique Eugénie Ponthier, l'adjointe au maire en charge de l'écologie urbaine.  

Un arrêté municipal en septembre

L'élue met en avant l'enjeu de santé publique : "Aujourd'hui, quand vous traitez dans un jardin ou une entreprise, il y a 5% du produit qui va sur la plante, tout le reste est lessivé, part dans les nappes phréatiques". Et aux habitants et entreprises qui se montreraient réticents, elle répond : " il vaut mieux laisser quelques herbes que d'être malade". 

"C'est rendre service aux gens" - Eugénie Ponthier, adjointe au maire chargée de l'écologie urbaine

Un arrêté municipal devrait être pris au mois de septembre pour rappeler cette interdiction d'utiliser tout pesticide de synthèse chez soi, mais pas question de parler de sanction ou d'amende pour le moment."Ce n'est pas de l'écologie punitive... On est dans la prévention, l'idée c'est de donner des conseils sur le désherbage manuel par exemple" explique Eugénie Ponthier. 

ll s'agit aussi de "rappeler qu'il faut ramener ces produits en déchetterie pour qu'ils soient détruits et pas les jeter simplement à la poubelle".