Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Le pourquoi du comment

Erasmus, pour se sentir européen par les études

-
Par , France Bleu Auxerre, France Bleu

On poursuit notre série de "Pourquoi du comment" consacrée à l'Union européenne, et on s’intéresse à l'un des programmes européens les plus connus du grand public : le programme Erasmus. Depuis sa création, il y a 32 ans, il a permis à 9 millions d'européens de mieux se connaitre.

© Maxppp - Jean-Marc Quinet

Ah... la jeunesse ! L'insouciance ! Les fêtes ! Erasmus a parfois la réputation d'être un échange essentiellement dédié au bon temps et aux soirées, une sorte d'apéro géant à 28, quoi ! Ce n'est pas faux, et c'est tant mieux selon Pierre Deplanche, responsable des relations internationales à l'IUT "Technique de commercialisation" d'Auxerre. "Le programme Erasmus, moi je le présente toujours comme ça aux étudiants : c'est un programme qui a été mis en place pour que les jeunesses européennes se rencontrent, pour faire reculer les risques de guerre. On a quand même été des champions en Europe, on a quasiment mis le monde à feu et à sang. Il ne faut donc pas oublier cette dimension à la fois politique, sociétale et philosophique", explique cet enseignant, qui envoie chaque année une centaine d'étudiants dans d'autres pays grâce à cette bourse.

83 % des étudiants qui ont participé aux programmes Erasmus+ déclarent se sentir plus européens après leur voyage. Parfois, ça va même beaucoup plus loin. La Commission européenne affirme qu'un million de bébés seraient nés depuis le début du programme Erasmus. 

Un tremplin pour la carrière aussi

Mais Erasmus, ce n'est pas seulement utile pour le taux de natalité en Europe, c'est aussi utile pour les études et la carrière. 

Avec les bourses Erasmus, les étudiants font d'abord un grand pas vers l'autonomie : on part loin de sa famille et de ses amis, on quitte sa zone de confort. Il faut s'adapter à une nouvelle culture et ça, ça forge le caractère ! Erasmus permet aussi de progresser dans une langue étrangère, et ça, ce n'est pas rien.  

Enfin, ça dope la carrière ! D’après une étude de 2014, les jeunes qui ont participé à un échange ont deux fois moins de risques de devenir chômeurs de longue durée, et leur taux de chômage cinq ans après la fin de leurs études est inférieur de 23 %. Pierre Deplanche, responsable des relations internationales à l'IUT "Technique de commercialisation" d'Auxerre, le constate aussi à son niveau  : "ça leur permet de pouvoir mieux se positionner dans leurs poursuites d'études notamment, quand ils passent des concours... et puis un certain nombre d'étudiants nous disent clairement : "si je n'avais pas fait Erasmus, je n'aurais pas le poste que j'ai aujourd'hui"

Les jeunes qui voyagent font preuve de plus de tolérance, de curiosité, de détermination, des valeurs appréciées par les recruteurs. Les échanges Erasmus permettent aussi de se créer un réseau entre étudiants, qui peut s'avérer très utile, même plusieurs années plus tard.

Beaucoup de changements depuis 1987

Dans les années 1990, le programme ne ciblait que les étudiants, mais il concerne aujourd'hui beaucoup plus de monde : des collégiens, lycéens, les apprentis, des formateurs et des enseignants, des volontaires et même des professionnels du monde associatif et sportif. Une multitude de programmes différents regroupés sous l'appellation Erasmus +. Neuf millions d'européens dont 4 millions d'étudiants en ont bénéficié depuis 1987.

Mais certains dénoncent un programme réservé aux riches, aux étudiants issus de milieux déjà favorisés. Dans les faits, effectivement, 39% des étudiants bénéficiaires du programme Erasmus + en France sont boursiers sur critères sociaux, mais en revanche, 59% des étudiants en formation professionnelle sont d’origine populaire.  

34 pays participent au programme Erasmus+ : les 28 Etats membres de l'Union européenne ainsi que l'Islande, le Liechtenstein, la République de Macédoine, la Norvège, la Serbie et la Turquie.  Erasmus+ représente prés de 15 milliards d'euros de budget pour l'union européenne. Une somme que la commission voudrait tripler pour la période 2021-2027

  - Visactu
© Visactu -

Erasmus, l'Europe par les études - Le pourquoi du comment de Delphine Martin