Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Migrants sur l'Aquarius : Éric Piolle, maire de Grenoble, dénonce une "absurdité extrêmement violente"

mardi 12 juin 2018 à 10:51 Par Adeline Divoux et Nicolas Crozel, France Bleu Isère

Depuis samedi, 629 migrants sont bloqués sur l'Aquarius, un bateau de secours affrété par une ONG. Une situation qui fait réagir Éric Piolle, le maire de Grenoble, qui a fait du sauvetage des réfugiés son combat. Il revient également sur la légalisation du cannabis.

Pour Eric Piolle, maire de Grenoble, la politique actuelle est un échec en matière de santé publique concernant les jeunes.
Pour Eric Piolle, maire de Grenoble, la politique actuelle est un échec en matière de santé publique concernant les jeunes. © Radio France - Martin Cauwel

Grenoble, France

Le sort des 629 migrants bloqués en Méditerranée sur le bateau l'Aquarius depuis samedi fait réagir Éric Piolle : "On voit bien qu'il nous faut changer les règles du jeu pour ne pas arriver à cette absurdité extrêmement violente. Il y a évidemment une question de bonne volonté." 

Selon le maire de Grenoble, il faut que la société change son regard sur les exilés. "Il faut se rappeler qu'il n'y en a que 2 ou 3 % qui viennent jusqu'à nous puisque le déracinement est toujours extrêmement compliqué et se fait dans la majorité des cas juste dans les régions limitrophes des endroits où il y a des problèmes climatiques et géopolitiques", affirme-t-il sur France Bleu Isère ce mardi matin. 

Éric Piolle estime que les choses doivent changer pour ne pas manquer d'humanisme : "Si on continue à construire des murs, nous allons mourir de peur, oppressés par nous-mêmes."

Eric Piolle sur France Bleu Isère

La régulation du cannabis pour le "séparer des drogues dures"

Interrogé ce mardi matin sur France Bleu Isère, le maire de Grenoble a aussi réagi à une enquête Ifop concernant le cannabis. Le sondage montre que les Français sont de plus en plus favorables à une consommation maîtrisée du cannabis. 51% d'entre eux plébiscitent son usage thérapeutique. "Les Français avancent dans le bon sens. Ils voient l'absurdité de la politique ultra répressive d'aujourd'hui et qui continue là avec les choix qu'a fait Emmanuel Macron depuis son arrivée", lance Éric Piolle. 

Pour le maire de Grenoble, l'actuelle politique du gouvernement est un échec concernant la santé publique pour les jeunes : "La France a le record d'Europe des consommateurs de moins de 16 ans." Un échec aussi en matière de sécurité pour Éric Piolle : "Toutes les grandes villes sont gangrenées par le trafic, notamment le trafic de cannabis."

"Prenons les choses avec courage"

"Maintenant, la France compte le trafic de cannabis dans le PIB", glisse Éric Piolle. Rejoint sur ses positions par le président de la région PACA Renaud Muselier (LR), il estime qu'il faut suivre l'exemple des Etats-Unis qui ont régulé la consommation du cannabis, entraînant une division par deux des assassinats pour cause de violence. "Prenons les choses avec courage", affirme le maire de Grenoble. Qu'en est-il de la cocaïne, également vendue par les dealers de cannabis ? "Justement la régulation du cannabis permet de séparer les drogues dures du cannabis que l'on retrouve à des fins thérapeutiques", précise-t-il. 

Éric Piolle en profite en même temps pour dresser le bilan d'Emmanuel Macron, un an après son élection : "Je crois qu'il faut du courage politique." Il compare d'ailleurs sa politique à celle de Ronald Reagan, président des Etats-Unis entre 1981 et 1989. "C'est néolibéral sur l'économie, ça casse le logement social, ça supprime l'impôt sur les grandes fortunes et dans le même temps ça supprime les contrats aidés", lance le maire de Grenoble. 

Il estime que la société est enfermée dans un climat conservateur et sécuritaire depuis un an. "Le message de la COP 21, c'est que les enjeux sociaux et environnementaux de demain se créent dans les territoires, alors que là nous sommes dans une logique de recentralisation extrêmement dure qui est classique chez les néolibéraux", affirme Éric Piolle.