Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Éric Thomas, président de l'association de foot amateur : "Les clubs amateurs crèvent dans l'indifférence générale"

samedi 31 mars 2018 à 7:00 Par Simon Soubieux, France Bleu Touraine

Alors que la Cour des comptes a dévoilé ce jeudi un rapport pointant les "conditions de rémunérations très favorables de la Fédération française de football", le président de l'Association française du football amateur Éric Thomas, ancien président du club de Montlouis-sur-Loire, se dit "écœuré".

Éric Thomas pointe du doigt le train de vie de la Fédération française de football (FFF).
Éric Thomas pointe du doigt le train de vie de la Fédération française de football (FFF). © Maxppp - Matthieu de Martignac

Indre-et-Loire, France

Là, ça a clairement l'air de la goutte d'eau qui fait déborder le vase : la Cour des comptes a dévoilé ce jeudi un rapport sur le train de vie de la Fédération française de football (FFF).  "Conditions de rémunérations très favorables", "Hausse continue des affrètements d'avions", la juridiction financière n'a pas loupé l'instance sportive. Des informations qui ne surprennent pas Éric Thomas, ancien président de l'AS Montlouis-sur-Loire, mais surtout président de l'Association française du football amateur (AFFA) : 

"C'est ce qui nous répétons depuis la création de l'AFFA il y a huit ans. Et aujourd'hui, ce problème est encore plus important car nous avons perdu ces dernières saisons 4000 clubs amateurs dans l'indifférence générale, en particulier de la FFF, qui vit elle avec un train de vie incroyable." 

Alors évidemment, ce train de vie très confortable de la FFF, conjugué aux innombrables difficultés des petits clubs de football amateur, est vécu comme une injustice : 

"À la fois une injustice, un écœurement, et puis l'indignation de tous les dirigeants du foot bénévoles amateurs. Ce n'est plus possible que nous, les petits, on crève tout en bas parce qu'on est écrasé de charges. C'est plus possible. La FFF nous donne chaque année 10 millions d'euros pour 14 000 clubs amateurs, mais à coté de ça on nous retire 150 millions d'euros en frais de fonctionnement. 

"En plus de ça, la FFF utilise de l'argent public pour financer son train de vie incroyable. Je prends un exemple : la Fédération, elle a une subvention d'un million d'euros du ministère des sports. C'est de l'argent public. Eh bien cet argent, il a servi à inviter 130 personnes tous frais payés au Brésil, lors de la Coupe du monde de football en 2014."

Éric Thomas a "exigé" au président de la fédération que ce rapport de la Cour des comptes soit mis à l'ordre du jour de la prochaine assemblée fédérale, le 2 juin prochain, à Strasbourg.