Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Essey-lès-Nancy : une pétition pour empêcher la démolition d'une maison

-
Par , France Bleu Sud Lorraine
Essey-lès-Nancy, France

Cette habitante d'Essey-lès-Nancy a décidé de lancer une pétition après la décision de la Cour de Cassation au début du mois de décembre 2017. La justice a ordonné la démolition de sa maison malgré son permis de construire signé et validé. Sa voisine avait porté plainte pour perte d'ensoleillement.

La Cour de Cassation ordonne à Sarah Rebaï de démolir sa maison avant le mois de juin 2018.
La Cour de Cassation ordonne à Sarah Rebaï de démolir sa maison avant le mois de juin 2018. © Maxppp - Alexandre MARCHI

Après la décision de la Cour de Cassation au début du mois de décembre 2017, Sarah Rebaï dispose de six mois pour entamer les travaux de démolition de sa maison, située à Essey-lès-Nancy. Le motif ? Sa voisine avait porté plainte parce que la maison de Sarah Rebaï lui faisait de l'ombre

Sarah Rebaï a lancé une pétition, "Touche pas à ma maison", le 16 décembre dernier.
Sarah Rebaï a lancé une pétition, "Touche pas à ma maison", le 16 décembre dernier. - Capture d'écran MesOpinions.com

Désespérée, Sarah Rebaï a donc lancé une pétition en ligne sur MesOpinions.com dénommée "Touche pas à ma maison".  

Psychologiquement, je préfère mourir plutôt que détruire ma maison", s'émeut Sarah Rebaï.  

Créée le 16 décembre dernier, elle a déjà recueilli plus de 470 signatures, en cinq jours. Au chômage, cette maman a contracté un prêt immobilier de 178 000 euros sur 25 ans pour construire cette habitation, qui doit être démolie d'ici juin 2018.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess