Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Essonne : près de 2000 personnes à une rave-party illégale

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Une rave-party illégale a rassemblé près de 2.000 personnes à Vigneux-sur-Seine (Essonne) sur un terrain entre l'écluse de la Seine et la gare dans la nuit de samedi à dimanche en pleine épidémie de coronavirus.

Une rave-party illégale en Essonne a rassemblé près de 2.000 fêtards. (photo d'illustration)
Une rave-party illégale en Essonne a rassemblé près de 2.000 fêtards. (photo d'illustration) © Maxppp - Franck Dubray

Les derniers fêtards ont quitté le terrain où ils s'étaient rassemblés entre l'écluse de la Seine et la gare de Vigneux vers 9h30 du matin ce dimanche. Mais lorsque le maire (LR) Thomas Chazal est arrivé quelques heures plus tôt, à 00h, il n'a pu que constater l'ampleur de ce rassemblement. "On était là pour superviser à peu près 2.000 personnes qui débarquent toutes de Paris sur la commune, 300 à 400 Uber qui déposent pendant à peu près quatre heures. On était mobilisé de 00h à 9h30 du matin à peu près jusqu'au départ des derniers fêtards. On a négocié avec les organisateurs", raconte le maire joint par France Bleu Paris.

"Une bombe à retardement"

Très vite la police est arrivée sur place et a pu bloquer l'entrée aux fêtards qui arrivaient en masse, raconte Le Parisien qui a révélé cette histoire. "On leur disait que la fête était annulée et ils repartaient chez eux", poursuit le maire. "C'était la fashion week, des cadres, des chefs d'entreprises. Quand on est arrivé, on a très vite compris qu'ils étaient là pour se retrouver, passer une soirée qui se passe très régulièrement sur Paris en temps normal. Mais étant donné que les boites parisiennes sont fermées, les gens sont venus se paumer en banlieue pour faire la fête".

La priorité était d'évacuer en toute sécurité, qu'il n'y ait pas de mélange ou de dispersion dans la commune - Thomas Chazal, maire de Vigneux-sur-Seine

"La priorité était d'évacuer en toute sécurité et qu'il n'y ait pas de mélange ou de dispersion dans la commune. Si on confisquait le matériel de musique avec la police on avait la dispersion d'à peu près 2.000 personnes. On a fait couper la circulation des trains. Ils devaient redémarrer trois heures après notre arrivée. Les fêtards franchissaient les voies ferrées. Sans ce barrage de policiers et je les remercie parce qu'on n'avait pas les moyens de gérer toutes ces personnes sous Ecstasy et alcoolisés, on aurait pu avoir 1.500 personnes de plus", ajoute Thomas Chazal. Et de conclure. "Là 2.000 personnes qu'on a renvoyé sur Paris, c'est une bombe à retardement".

L'organisateur a été retrouvé vers 3h30 matin. Il a été entendu par la police. Il encourt jusqu'à 1.500 euros d'amende pour avoir organisé cette soirée illégale. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess