Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"On est en train de construire des surfaces commerciales dont le consommateur n'a pas besoin" (Olivier Razemon)

-
Par , France Bleu Isère

Alors qu’une table ronde sur la renaissance commerciale des centres-villes est organisée vendredi soir à l’hôtel de ville de Grenoble, Olivier Razemon, journaliste et auteur de « Comment la France a tué ses villes » était l’invité de France Bleu Isère ce matin.

Un centre commercial à Montpellier (illustration)
Un centre commercial à Montpellier (illustration) © Maxppp -

"Il y a urgence de redonner vie à des centre-villes délaissés, vidés de leurs commerces, de leurs services et parfois de leurs habitants", affirmait hier à Cahors, le Premier ministre Édouard Philippe, en clôture de la Conférence nationale des territoires (CNT). Ce dernier a également annoncé que le gouvernement allait mobiliser cinq milliards d’euros pour revitaliser les centres-villes.

Avouant trouver « intéressant que le gouvernement ait pris conscience » du problème, il faut selon Olivier Razemon  « arrêter de construire systématiquement des centres commerciaux. »

Olivier Razemon

"Nous payons le prix de l'étalement urbain"

Son constat est sans appel : « Nous payons le prix de l’étalement urbain. On a disloqué la ville, et ce ne sont pas uniquement celles de grande taille qui sont concernées. Les petites et moyennes villes sont également touchées par la dévitalisation des centres-villes. »

À propos du développement des "villages de marque", le journaliste a tout d’abord constaté «qu’ils portent très souvent des noms urbains»  et « que les promoteurs les défendent en les présentant comme des morceaux de ville ». Il a également remarqué « une progression de 3 à 4% par an du nombre de mètre carrés des surfaces commerciales, alors que la consommation n'augmente que de 2% par an."

Interrogé sur les possibilités d’emploi créées par ces surfaces commerciales, Olivier Razemon s’est montré critique envers les promoteurs et élus, qui selon lui  "utilisent" cet argument. "On est en train de construire des surfaces commerciales dont le consommateur n'a pas besoin." À ce sujet il a ajouté que les centre commerciaux ont  « tué 10% plus d'emplois que cela en a créés".

Alors, quelles solutions pour mettre un coup d’arrêt à cette désertification des centres-ville ?

"On fait les villes pour les habitants"

_« Il faut tout d’abord s’interroger sur ce qu’est une ville. On les fait pour les habitants. Personne ne dit que 100% des achats doivent se faire en ville, mais si 10 ou 20% de plus des achats se faisaient dans les centre-villes, la situation irait mieux. »  Il a enfin précisé qu'il n'est pas «_ pour détruire les centre-commerciaux, mais il s'agit seulement, pour lui de ne pas les augmenter. »

Choix de la station

France Bleu