Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Et si c'est comme ça toute l'année ? " : l'inquiétude d'une maman francilienne confinée pour la rentrée

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Pas de rentrée ce mardi pour Arthur, quatre ans. Il est confiné dans son appartement de Pantin après avoir été en contact avec un enfant testé positif dans son centre aéré. Sa mère, qui l'élève seule, ne peut donc pas travailler, ce qui signifie aucun revenu pour cette auto-entrepreneur.

Marion Drouant de nouveau confinée avec son fils Arthur.
Marion Drouant de nouveau confinée avec son fils Arthur. © Radio France - Marion Drouant

Marion Drouant lance un appel à l'aide. Cette mère célibataire est artisan-décoratrice et tapissier, sous le statut d'auto-entrepreneur.  Elle est en quatorzaine depuis que son fils de quatre ans a croisé un enfant testé positif à la Covid-19 dans son centre aéré de Pantin en début de semaine. Le télétravail étant impossible, et n'ayant pas la possibilité d'obtenir un arrêt maladie, elle n'a aucun revenu pendant 15 jours. Une situation impossible, qu'elle craint de devoir subir tout au long de l'année scolaire. 

Mardi, Marion vient chercher comme tous les jours son fils Arthur au centre aéré à Pantin. A son arrivée, la directrice lui remet un document de l'ARS lui signifiant que son fils doit être placé en quatorzaine après avoir été en contact avec un enfant testé positif à la Covid-19. "J'ai demandé si c'était une blague, raconte la maman, on m'a répondu que non, et j'ai fondu en larmes"

Car pour Marion, qui dit confinement dit absence de revenus. Elle ne peut pas télétravailler et ne peut pas non plus bénéficier d'un arrêt maladie. "Mes parents ne peuvent pas le garder, mon ex-conjoint habite à 300 kilomètres. J'ai contacté, en vain, la mairie de Pantin, explique-t-elle, mais on m'a répondu que ma situation était insoluble, sauf à demander à d'autres parents de prendre en charge mes enfants"

Autant fermer les écoles de nouveau

"Ce qui m'inquiète le plus, c'est que ça va être comme ça toute l'année, s'indigne cette mère de famille célibataire, nous allons être confinés à chaque suspicion, et, à chaque fois, pour les indépendants comme moi, ce sera synonyme d'absence d'activité. Nous n'allons pas tenir. Autant fermer les écoles une bonne fois pour toute, à ce compte là. J'en appelle au gouvernement pour mettre en place des compensations spécifiques à la garde d'enfant". 

Seule solution pour cette maman : faire tester son fils. Pas facile. Elle a déjà essuyé des refus de laboratoires qui ne font pas les tests sur les moins de six ans. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess