Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Et si Perpignan s'équipait d'un téléphérique ?

vendredi 26 août 2016 à 20:35 Par Stefane Pocher, France Bleu Roussillon

La ville de Perpignan pense sérieusement à s'équiper d'un téléphérique, la réflexion est entamée. Une délégation doit se rendre en Bretagne, car la ville de Brest en est déjà équipée.

Le maire de Perpignan veut s'inspirer du téléphérique de Brest
Le maire de Perpignan veut s'inspirer du téléphérique de Brest © Maxppp - /

Perpignan, France

La réflexion est lancée. Le maire de Perpignan Jean-Marc Pujol nous explique les raisons de ce projet.

Jan Marc PUJOL - Maxppp
Jan Marc PUJOL © Maxppp - /

France Bleu Roussillon :  Un téléphérique à Perpignan, c'est un poisson d'avril ?

Jean-Marc Pujol : Mais non pas du tout, c'est une idée très sérieuse sur laquelle on commence à travailler. À l’origine, c’est mon élu Laurent Gauze, le président de l’agence économique, qui m’a suggéré cette idée. Nous sommes en train d’avancer. Dans un premier temps, je pensais qu’il fallait de gros dénivelés, mais ce n’est pas le cas.

"Une délégation doit se rendre à Brest pour voir les travaux réalisés."

Et puis ensuite nous nous pencherons sur la viabilité économique. Moi ce qui m’intéresse c’est qu’on est dans un mode de transport doux. Perpignan et la métropole perpignanaise sont en avance sur ces dossiers avec ces parcs éoliens et toute cette transition énergétique. C’est pour cette raison qu’il faut approfondir, aller plus loin.

Quel est l’intérêt pour Perpignan d’avoir un tel moyen de transport ?

On s’aperçoit qu’on est aujourd’hui sur des sujets de pollutions importants. Nous avons aussi un fleuve qu’il est nécessaire de franchir. Les coûts en matière de transports urbains sont très élevés. Nous devons avoir une réflexion là-dessus et c’est sur ce sujet que je veux me caler.

"On s’est déjà penché sur l’idée d’un métro, mais on s’est aperçu que ne s’était pas possible et qu’on n’avait pas les moyens."

Le transport urbain à Perpignan représente 24 millions d’euros par an. Si on peut trouver des solutions pour réduire les coûts, c’est une bonne chose.

Téléphérique de Brest en cours d'installation - Maxppp
Téléphérique de Brest en cours d'installation © Maxppp - /

FB Roussillon :  Perpignan a-t-elle les moyens de s’offrir un investissement comme celui-là ?

Je ne peux pas vous répondre. Si j’en crois ce que j’ai lu sur celui de Brest, l’investissement est de 19,1 millions. Après, il faut regarder le retour sur investissement. C’est ce que nous allons sérieusement analyser. Le calcul ne peut se faire que comme ça. Et je me prononcerai quand je connaîtrai le bénéfice envisageable.

"Quand on voit le coût de nos achats de bus, il s’agit montants importants, cette opportunité ne doit pas nous échapper."

Si je prends une décision en se sens c’est uniquement si la viabilité économique est intéressante. Après, il faut réaliser aussi une étude approfondie pour connaitre la clientèle, qui pourrait emprunter ce téléphérique. On n’est pas à Chamonix ou à l’Aiguille du midi où les touristes font la queue pour se rendre au sommet du Mont-Blanc.

FB Roussillon :  le téléphérique survolerait quelle partie de la ville ?

Dans mon idée, il faudrait relier les deux rives de la Têt exactement comme la passerelle, comme la mise en valeur des berges. C’est pour réaliser des transferts nord-sud et sud nord. C’est d’ailleurs de ce côté-là que la réflexion sera menée.é

"Aucune date n’est arrêté pour l’instant. Donnons nous le temps de la réflexion."