Société

Et si une entreprise ligérienne apportait la lumière en l'Afrique ?

Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire vendredi 9 septembre 2016 à 19:03

Une lampe pour pouvoir étudier la nuit tombée
Une lampe pour pouvoir étudier la nuit tombée © Radio France - Nicolas Réméné

Lagazel, une jeune société de St-Galmier lance la production de lampes solaires en Afrique, en commençant par le Burkina Faso. L'objectif est de fournir de l'éclairage dans des lieux et dans des foyers où une fois la nuit tombée il n'y a pas le moindre point de lumière.

Une fois la lampe acquise, il devient ensuite possible de se déplacer, de cuisiner, d'étudier grâce à cet objet métallique résistant, rechargeable au soleil avec une autonomie de 48h. Ce sont deux frères qui sont à l'origine de ce projet, Arnaud et Maxence Chabanne, deux entrepreneurs qui œuvrent depuis des années déjà en Afrique. Ils vont étendre leur activité en Cote d'Ivoire, au Sénégal, au Congo et au Niger. Mais le principe restera le même : il s'agira de faire produire directement sur place pour tenter de changer la vie des Africains.

Faciliter la cuisine. - Aucun(e)
Faciliter la cuisine. - Nicolas Réméné

C'est ni plus ni moins qu'une petite révolution qu'espère réaliser la société ligérienne. Lagazel propose une alternative durable qui correspond aux usages réels des populations visées, dans la brousse. La lampe est même garantie 2 ans et le service après-vente sera assuré par les distributeurs choisis soigneusement par la société ligérienne. Il existe déjà des entreprises qui produisent des lampes solaires mais celles qui ont été élaborées à St-Galmier ont une particularité : elles sont puissantes et très résistantes, bien plus que les produits asiatiques déjà très présents en Afrique et peu chère. Il y a un hic tout de même : le prix justement, entre 20 et 30 euros. Très élevé quand on sait que le salaire moyen au Burkina est de 50 euros. Mais Lagazel compte sur un calcul cout/bénéfice de la part des consommateurs africains. Après avoir acheté la lampe ils réduiraient ensuite différentes factures, notamment en terme de recharge d’appareils électroniques, l'un des 2 modèles actuels. D'autres sont en élaboration avant d'attaquer d'autres marchés comme la Cote d'Ivoire, le Sénégal, le Congo et le Niger.

La classe, même la nuit tombée - Aucun(e)
La classe, même la nuit tombée - Nicolas Réméné

Pour en savoir plus : le site internet de Lagazel

Partager sur :