Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre
Dossier : Coronavirus Covid-19

Etat d'urgence sanitaire : les nouvelles mesures en vigueur dans le Territoire de Belfort

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Le préfet du Territoire de Belfort, Jean-Marie Girier, a dévoilé ce samedi 17 octobre les nouvelles mesures en vigueur dans le département dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire décrété par le gouvernement. Les rassemblements festifs sont notamment interdits dans les salles des fêtes.

Le préfet du Territoire de Belfort a dévoilé les nouvelles mesures en état d'urgence sanitaire.
Le préfet du Territoire de Belfort a dévoilé les nouvelles mesures en état d'urgence sanitaire. © Radio France - Thomas Vichard

Après les annonces d'Emmanuel Macron, le gouvernement a rétabli l'état d'urgence sanitaire sur l'ensemble du pays, de nouvelles mesures sont donc mises en place au niveau local. Le préfet du Territoire de Belfort les a détaillées ce samedi 17 octobre. Elles sont entrées en vigueur après la signature de l'arrêté préfectoral et ce pour une durée de quatre semaines

Rassemblements de plus de six personnes interdits sur la voie publique

Les événements festifs sont désormais interdits dans les salles des fêtes, salles polyvalentes ou salles de spectacles. L'interdiction se porte sur des événements où il n'est pas possible de porter le masque de manière continue.

Les rassemblements de plus de six personnes sur la voie publique sont également interdits, à quelques exceptions près. Elles concernent les manifestations revendicatives (type GE, COS), les rassemblements professionnels, les services de transport de voyageurs, les établissements recevant du public (ERP), les cérémonies funéraires, les visites guidées et les marchés.

Six personnes par table dans les bars et restaurants

Dans les bars et restaurants, l'accueil du public est donc toujours possible, mais il faut notamment respecter une règle de 6 personnes maximum par table et une distance d'un mètre entre les chaises de tables différentes. Dans les musées, salons ou centres commerciaux une jauge par densité de 4m² a été décidée.

Le port du masque est obligatoire dans tous les établissements recevant du public (marché non-couvert, vide-grenier, campus universitaires, ou encore dans un périmètre de 50m² autour des entrées et sorties d'établissement scolaires). Des dérogations sont toutefois applicables comme pour les activités sportives ou artistiques. 

Le non respect de ces mesures est passible d'une amende de 135 euros.

Jean-Marie Girier n'a donc pas durci les mesures nationales détaillées par le gouvernement ce jeudi 15 octobre, notamment dans les clubs sportifs : "Tout ne doit pas s'arrêter. Comme pour les restaurateurs, il était important de ne pas pénaliser ceux qui font des efforts. Mais si la situation vient à se dégrader, il y aura davantage de contraintes". 

Un mort à Trévenans

Par ailleurs, le préfet, accompagné de la directrice adjointe de l'Hôpital Nord Franche-Comté, Valérie Ganzer, et de Sandrine Marchetti de l'ARS, a fait un point sur l'évolution de l'épidémie dans le Nord Franche-Comté. Dans le Territoire de Belfort, la situation reste stable. Le taux d'incidence est de 45 pour 100.000 personnes, soit en dessous du seuil d'alerte. Il est de 60,87 sur l'ensemble du Nord Franche-Comté. 

Mais Valérie Ganzer remarque toutefois une légère hausse à l'hôpital de Trévenans, où une vingtaine de personnes sont actuellement hospitalisées, dont au moins cinq en réanimation. "En ce moment, nous avons trois admissions de patients atteints du Coronavirus par jour, quand il y en avait entre zéro et un il y a deux semaines", précise la directrice adjointe, qui annonce qu'un patient de 80 ans est décédé, le premier de cette deuxième vague. Le plan blanc n'est cependant pas encore déclenché.  

Enfin, un appel à la responsabilité est lancé, tout comme le respect des gestes barrières, en particulier lors des visites à l'hôpital Nord Franche-Comté ou dans les EHPAD.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess