Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Témoignages d'Héraultais ayant eu recours à la PMA ou à la GPA à l'étranger

-
Par , France Bleu Hérault
Montpellier, France

C'est ce jeudi qu'ont été officiellement lancés les États généraux de la bio-éthique. La GPA, la PMA et bien d'autres sujets sociétaux vont de nouveau être sujets à débats. Beaucoup de couples d'homosexuels héraultais sont "pionniers" en la matière. Mais tous ont du aller à l'étranger.

Presque 2 français sur 3 sont désormais d'accord pour que les couples de femmes homosexuelles puissent avoir recours à la procréation médicalement assistée
Presque 2 français sur 3 sont désormais d'accord pour que les couples de femmes homosexuelles puissent avoir recours à la procréation médicalement assistée © Radio France - Maxppp

Faut-il accorder aux couples de même sexe la possibilité de recourir à la procréation médicalement assistée ? Faut-il autoriser la gestation pour autrui pour des raisons uniquement médicales ? Faut-il légaliser l'euthanasie ?  

C'est sur ces questions brûlantes que le gouvernement s'est engagé à prendre position dans les prochains mois, mais uniquement à l'issue d'une grande concertation nationale, pilotée par le comité consultatif national d'éthique, qui a été lancé ce jeudi les États généraux de la bio-éthique.  

Des questions qui progressent peu à peu dans l'opinion publique puisque désormais (selon un sondage Ifop pour le journal La Croix et le Forum européen de bioéthique), 64% des Français sont favorables à ce que l'on autorise la GPA en France, 60% sont aussi d'accord pour que les couples de femmes homosexuelles puissent avoir recours à la PMA, 89% enfin se prononcent en faveur d'une légalisation du suicide assisté et/ou de l'euthanasie.

Prendre l'avion en urgence pour aller faire un bébé

À Montpellier, première ville de France à avoir célébré un mariage homosexuel, mais aussi dans ses environs, bon nombre de couples gays ou lesbiens n'ont pas attendu que la France progresse sur ces questions pour avoir des enfants. Mais tous ont du quitter le pays pour faire naître leurs bébés.

Aurélie vit avec son épouse à Saint-Mathieu-de-Tréviers au pied du pic Saint-Loup. Elle sont mamans de deux petites filles de 6 ans et 2 mois et demi. Deux petites filles qu'Aurélie a mis au monde grâce à une PMA pratiquée à l'étranger, car pour les couples lesbiens elle est encore interdite en France. 

" Partir à l'étranger, c'est compliqué d'un point de vue moral et physique. Fallait prendre l'avion au dernier moment pour aller aux Pays-Bas, faire l'aller et retour dans la journée, parce que quand on ovule, on ne le sait qu'au dernier moment !"

La jeune femme n'a évidemment aucun regret, mais trouve "aberrant" qu'en 2018, il faille partir à l'étranger pour faire un enfant alors qu'à l'hôpital de Montpellier accompagne des femmes tous les jours pour pratiquer ces actes.

"C'est notre mère-porteuse qui nous a choisi et pas l'inverse."

Cyril et son époux (ils se sont mariés en fin d'année dernière) sont montpelliérains et pères de jumeaux qui sont nés grâce à une GPA, gestation pour autrui. 

Ils ont donc eu recours aux services d'une mère porteuse américaine. Une démarche longue et compliquée, qu'ils auraient bien aimé éviter si on ne leur avait pas fait comprendre qu'ils auraient beaucoup de mal à adopter en France.

"Nous sommes partis plusieurs fois aux Etats-Unis. Là-bas, ce sont les mamans qui choisissent les couples pour lesquels elles vont porter les enfants. Même si ce sont des relations très humaines et compatissantes, c'est très angoissant de vivre une grossesse à distance avec celle qui porte vote enfant."

Jean-François Delfraissy, président du CCNE, le Comité consultatif national d'éthique, a déclaré ce jeudi que c'était "un moment privilégié de démocratie sanitaire" qui s'ouvrait pour les cinq mois qui viennent.

Plus de 60 débats seront organisés à partir de fin janvier jusqu'à la fin du mois d'avril, dans l'ensemble de la France y compris en Outre-mer.

Le témoignage d'Aurélie, maman de deux petites filles conçues aux Pays-Bas

Le témoignage de Cyril, papa de jumeaux issus d'une mère-porteuse américaine

Choix de la station

À venir dansDanssecondess