Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pau : Sophie, enceinte, se fait payer pour arrêter la cigarette

lundi 9 mai 2016 à 18:48 Par France Bleu Béarn, France Bleu Béarn

TEMOIGNAGE - L'hôpital de Pau propose aux femmes enceintes fumeuses de les aider à arrêter de fumer définitivement contre rémunération. Elles sont six à faire l'expérience dont Sophie qui s'est confiée à France Bleu Béarn.

 1 femme sur 5 fume pendant sa grossesse selon l'Institut national du cancer
1 femme sur 5 fume pendant sa grossesse selon l'Institut national du cancer © Fotolia

Pau, France

«Je participe à ce programme pour mon enfant et pour moi, s'exclame Sophie, pas pour l'argent !» A 32 ans, cette maman fume plus d'un paquet par jour. Elle avait pourtant arrêté lors de sa première grossesse mais sans succès.

Pour son deuxième enfant, elle a décidé de participer à ce nouveau programme testé dans quinze autres établissements français. Elle doit se rendre une fois par mois à l'hôpital pendant toute sa grossesse. Si elle a résisté à la cigarette - test urinaire à l'appui - elle recevra un bon de vingt euros à chaque visite. Après l'accouchement, elle fera un test ultime pour savoir si ce système de payer pour arrêter de fumer fonctionne bien. Si Sophie n'a pas repris la cigarette dans neuf mois, elle pourra gagner jusqu'à 280 euros en bons d'achat.

« L'argent est un plus »

« Si je réussis, je m'achète un ordinateur ! » Évidemment, l'argent est un « plus ». Mais le cadre imposé par la sage-femme est également important. Le programme permet à Sophie de se fixer des buts et une échéance. L'écoute est aussi un attrait pour Sophie qui souffre d'une réelle addiction. « Quand j'ai envie d'en griller une et que je ne peux pas, je peux faire une crise d'angoisse. »

Grâce à ce programme Sophie vit la désintox plus sereinement. « Je peux parler,  me déstresser comme ça je ne culpabilise pas et mon enfant ne ressent aucun stress. »

Pour plus d'informations, contactez Cathy Meier à l'hôpital de Pau au 06 74 64 57 64.

Reportage Caroline Pomes.