Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Euro 2016 de football

Euro 2016 à Toulouse : "les Toulousains ne vont pas reconnaître le Stadium"

-
Par , France Bleu Occitanie
Toulouse, France

Florence Vallée est la directrice du site de Toulouse pour l’Euro 2016 de football. C’est elle qui organise l’événement sur l’île du Ramier et qui gère le Stadium et ses 33.500 places. Elle était l’invitée de France Bleu Toulouse matin.

Florence Vallée la directrice du site Euro 2016 à Toulouse
Florence Vallée la directrice du site Euro 2016 à Toulouse © Maxppp - maxppp

Florence Vallée est une habituée de ces grands événements sportifs : Jeux Olympiques, Coupe du Monde de foot ou de rugby, Raid Gauloises… La "patronne" de l’Euro à Toulouse aura jusqu’à 1500 personnes sous ses ordres les jours de match au Stadium : une centaine de salariés de l’UEFA, 560 volontaires et 654 agents de sécurité.

"Le stadium est mis en configuration de l’Euro ce n’est pas la même chose qu’un match de ligue 1 ou de Bundesliga (le championnat allemand) précise Florence Vallée, les Toulousains ne vont pas le reconnaître : il est aux couleurs de la compétition, transformé, avec une tribune média refaite, des plateformes caméras supplémentaires et des caméras "araignées" accrochées à des filins au-dessus du terrain. La billetterie est aussi différente". Il y a des stands et des buvettes en plus.

Contexte particulier

Florence Vallée admet que le contexte d’organisation est un peu spécial entre le conflit sur la loi travail et le risque d’attentats : « J’ai aussi connu en 2014 au Brésil pendant les Jeux Olympiques de grands mouvements sociaux, avec des grèves de la police… Ces grands événements sont toujours matière à manifester, faire entendre sa voix. C’est assez banal somme toute. C’est sûr que la situation actuelle… Cela fait deux ans qu’on travaille d’arrache-pied pour que les gens s’éclatent dans le stade. Je ne vous cache pas que, évidemment, ça contre un petit peu nos plans mais on a une faculté d’adaptation énorme et on s’adapte tous les jours. Il y a toujours un lien très fort avec les autorités, le contexte amplifie les choses mais ça reste du football, les gens sont là pour voir de beaux matches ».

Quelques conseils pour ceux qui ont un billet

Les portes du Stadium seront ouvertes trois heures avant le match, une heure plus tôt encore qu’ailleurs, la directrice du site justifie : "on veut que les gens profitent de tout ce qu’on a mis en place : animations, DJ et beaucoup de surprises… Mais venez à pied surtout !" Attention l’île du Ramier n’est accessible qu’aux seuls détenteurs d’un billet pour le stade et il n’y a plus de places à vendre.

Pour lundi et le match Espagne-République Tchèque à 15h, le secteur sera fermé à la circulation dès 11h du matin.

Tout savoir sur l'Euro 2016 à Toulouse

Choix de la station

À venir dansDanssecondess