Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'Euro 2016 à Bordeaux

EN IMAGES - Nos plus forts souvenirs de l'Euro 2016 à Bordeaux

-
Par , France Bleu Gironde

Un mois d'Euro à Bordeaux, cinq matches, des supporters gallois et surtout irlandais plus que festifs, une multitude de rencontres, un dispositif de sécurité exceptionnel et aucun incident. Images, coulisses, rencontres : nos plus forts souvenirs de l'Euro à Bordeaux.

Des supporters irlandais devant le Connemara à Bordeaux
Des supporters irlandais devant le Connemara à Bordeaux © Radio France - Damien Gozioso

Notre accréditation de journaliste Euro 2016 est maintenant rangée. Mais les souvenirs sont bien ancrés, d'un mois passé à vivre d'Euro à Bordeaux, au stade aux côtés des 10 nations qui ont joué ici. Bordeaux a porté bonheur puisque seule l'Autriche est passée à la trappe à l'issue du premier tour. Et le Pays-de-Galles a même atteint les demi-finales, éliminé par le Portugal. Tour d'horizon totalement subjectif de cet Euro à Bordeaux.

Premier frisson : l'hymne gallois repris par une marée rouge dans le stade de Bordeaux

C'était la première affiche à Bordeaux, le 11 juin : Pays-de-Galles/Slovaquie (2/1). Avec un hymne national repris à pleins poumons par les supporters des Dragons qui ont donné la chair de poule à l'ensemble du stade. Durant 90 minutes ensuite, les Gallois n'ont pas cessé de chanter pour Gareth Bale et les siens. Impressionnant !  Les Irlandais ont fait presque aussi fort quelques jours plus tard face à la Belgique.

Des Irlandais... chanteurs en toutes circonstances !

Y compris pour demander leur chemin dans les rues de Bordeaux après un soir de match : où est la discothèque ?

On a aimé aussi leur sérénade à Carla ou leur sympathique ode à la police bordelaise sous le pont du tramway à Mériadeck pas très loin de leur QG de l'Euro à Bordeaux, le Connemara, où ils s'étaient mis à l'abri après une averse... De sacrés fêtards qui savent aussi faire le ménage aussi... ou presque !

La bière, reine au pays du vin !

L'Euro a coïncidé à Bordeaux avec l'ouverture de la Cité du vin. Mais c'est bien la bière qui a accompagné l'avant et l'après-match. Les Irlandais, encore eux, ont été les plus actifs. Mais les Gallois, Belges, Autrichiens, Hongrois, Slovaques n'ont pas été en reste.

De la bière surtout et quelques gouttes de vin : le résumé en liquide de cet Euro à Bordeaux
De la bière surtout et quelques gouttes de vin : le résumé en liquide de cet Euro à Bordeaux © Radio France - Stéphanie Brossard

De brèves mais chouettes rencontres 

Parmi les milliers de supporters croisés et interrogés, certains reviennent illico en mémoire : Dario et Léo, le papa et le fiston de deux ans, venus de Londres à Bordeaux pour quelques heures seulement, pour vivre le 1/4 de finale, avec le maillot de l'Italie sur les épaules pour tous les deux, et des photos de Dimitri Payet à la pelle dans le téléphone du papa Dario. C'est un grand fan de West Ham, de Dimitri Payet... et de l'Italie. Et il aurait aimé que les Bleus et la squadra azzura se rencontrent en demi-finale ! Raté donc.

Leo venu avec son papa Dario de Londres, supporters de l'Italie et de Dimitri Payet
Leo venu avec son papa Dario de Londres, supporters de l'Italie et de Dimitri Payet © Radio France - Stéphanie Brossard

Echanges chantants avec Beayl et John les deux retraités de Cogan près de Cardiff qui ont profité de l'Euro pour faire du tourisme. Elle n'est pas passée inaperçue avec son béret "rouuuuuuge", son maillot rouge, et "ses oignons à la française" autour du coup!

Au chant, Beayl, de Cogan près de Cardiff

On a sourit aussi avec deux Guingampais chambreurs. Ils ont adoré ce stade de Bordeaux plein et vibrant... "Ce qui n'arrive pas souvent ici avec les Girondins ! Mais maintenant que vous avez récupéré Jocelyn Gourvennec, ça va changer. Vous verrez du spectacle et les gradins vont à nouveau se remplir". Fin de citation.

Sécurité maximale sans incident majeur

Un fumigène introduit dans les tribunes par des supporters de la Belgique, et un fumigène dans la Fan zone de Bordeaux : ce sont les seuls incidents relevés durant ce mois d'Euro à Bordeaux. Des moyens importants avaient été mis en place à chacune des 5 rencontres aux abords du stade et dans la Fan zone. Il y a eu par exemple pour le 1/4 de finale entre l'Allemagne et l'Italie, 550 policiers mobilisés au stade. Et en coulisses, des hommes du Raid au niveau de la tribune de presse, et sur le toit, bien armés.

Le Raid surveillant le parvis du stade de Bordeaux
Le Raid surveillant le parvis du stade de Bordeaux © Radio France - Stéphanie Brossard

On aurait pu ajouter aussi, la classe des Italiens arrivant pour la conférence de presse d'avant 1/4 de finale à Bordeaux : en retard... mais lunettes de soleil dernier cri sur le nez, et tirés à quatre épingles, pour reconnaître la pelouse.

On aurait pu aussi évoquer ces Belges hébergés au Pian-Médoc et au Haillan "en famille ici", qu'on aurait bien aimé voir plus loin. Pas pour leurs coiffures, mais rien que pour le bonheur de plonger dans le regard bleu perçant d'un certain Axel Witsel, ou d'apercevoir le joli sourire d'Eden Hazard lors des interviews dans la zone mixte du stade...

Et vous ? Quelle image retiendrez-vous de cet Euro à Bordeaux ?

►►►Notre dossier spécial Euro 2016

Choix de la station

À venir dansDanssecondess