Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Euthanasie : en Loire-Atlantique, des dizaines de malades réclament le droit de mourir dans la dignité

-
Par , France Bleu Loire Océan

Alors que le débat sur l'euthanasie est relancé ce jeudi devant l'Assemblée Nationale, la déléguée 44 de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité dit avoir des dizaines de cas de malades qui réclament aujourd'hui une aide à mourir.

Le débat sur la fin de vie et l'euthanasie arrive aujourd'hui à l'Assemblée Nationale.
Le débat sur la fin de vie et l'euthanasie arrive aujourd'hui à l'Assemblée Nationale. © Maxppp - Pierre HECKLER

Une proposition de loi sur la fin de vie arrive ce jeudi à l'Assemblée nationale. Elle est déposée par le député Radical de gauche de La Rochelle, Olivier Falorni. Le texte vise à autoriser une aide active à mourir pour ceux qui sont atteints d'une affection incurable et qui souffrent de manière insupportable. 3.000 amendements ont été déposés. "C'est un scandale. Il n'y a rien de constructif là dedans" réagit Madeleine Denis, la déléguée de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité en Loire-Atlantique.

Une cinquantaine de cas en Loire-Atlantique

Madeleine Denis dit avoir des dizaines de cas de malades qui aujourd'hui réclament le droit de mourir. "Je pourrais vous en citer une cinquantaine", souligne la déléguée de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité en Loire-Atlantique. Madeleine Denis prend l'exemple d'une femme atteinte d'un cancer polymétastasé : "Elle ne veut pas une fin de vie médicalisée parce que bien sûr, en France, on sait encore accompagner mais elle ne veut pas finir ses jours branchée de partout et coupée des siens quand elle aura perdu conscience. Cette femme a déposé un dossier en Suisse, et compte tenu de la pathologie et de sa détermination, son dossier a été accepté. C'est à elle maintenant de prendre rendez-vous pour ce dernier voyage".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess