Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Evacuation d'un immeuble vacant à Paris : des blessés demandent à l'IGPN d'ouvrir une enquête interne

mercredi 16 janvier 2019 à 13:59 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

L'association Droit au Logement soutient les 7 personnes blessées au cours de l'évacuation, qu'elle juge violente, d'un immeuble vacant, le 6 janvier 2019 à Paris dans le 13e arrondissement. Ces blessés ont décidé de saisir la police des polices. Elle demandent à l'IGPN une enquête interne.

Expulsion à Paris.
Expulsion à Paris. - DAL

Paris, France

Plusieurs personnes avaient occupé quelques heures le 6 janvier 2019, dans le 13e arrondissement de Paris, un immeuble vacant qui appartient à 2 SCPI du groupe AMUNDI, pour en demander la réquisition. Au cours de l'évacuation, qualifiée de brutale par l'association Droit au logement (DAL) dans son communiqué, des personnes ont été blessées par la police. Elles ont décidé de saisir la police des polices (IGPN) ce mercredi. Elle demandent une enquête.

Selon le DAL des personnes fragiles ont été malmenées

Le DAL indique que "six femmes souvent âgées et handicapées ont été blessées et souffrent encore, dont notamment une femme enceinte de près de 9 mois, une dame handicapée, une adolescente aveugle. Un homme âgé avait reçu un coup de matraque au visage".

Selon le DAL "cette opération de basse police avait pour objectif non seulement d'évacuer, mais de terroriser des personnes fragiles, et d'instiller la peur de poursuivre leur combat pour être logé dignement".

Le DAL parle de grandes violences

L'association précise qu'une "trentaine de policiers masqués, sans même les sommations d'usage, ni prise de contact préalable pour prévenir de l'intervention et organiser une évacuation pacifique, ont procédé à l'expulsion brutale". 

Elle affirme que "des personnes ont reçu des coups de matraque, des propos insultants voire racistes ont été entendu, quelques policiers ont pourchassé des mal logés matraque à la main et en hurlant dans les escaliers de cet immeuble de 10 étage. Des personnes ont été traînées au sol, et jetées sur le trottoir au pied de chiens policiers muselés, reniflant agressivement les personnes à terre".

L'association demande  "la réquisition immédiate du Château des Rentiers, propriété du groupe Amundi, gestionnaire de 1500 milliards d'euros d'actif, immeuble vacant de 9000 m2 de bureau, pour des sans logis".