Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : La mobilisation des habitants contre la fermeture de la maternité du Blanc dans l'Indre

AUDIO - Évacuation de la maternité du Blanc : "une attitude absolument inacceptable" de l'Etat dénonce la maire du Blanc

mardi 30 octobre 2018 à 7:34 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry, France Bleu Poitou et France Bleu

La maire du Blanc Annick Gombert dénonce une "attitude absolument inacceptable" de l'État après l'évacuation de la maternité ce mardi à l'aube par les forces de l'ordre.

Démissions de maires devant la préfecture de l'Indre, à Châteauroux, jeudi 11 octobre, à 18 h, pour protester contre la fermeture de la maternité du Blanc. Au centre : Annick Gombert, maire du Blanc.
Démissions de maires devant la préfecture de l'Indre, à Châteauroux, jeudi 11 octobre, à 18 h, pour protester contre la fermeture de la maternité du Blanc. Au centre : Annick Gombert, maire du Blanc. © Maxppp - Photo Thierry Roulliaud - La Nouvelle Republique

Le Blanc, France

La maternité du Blanc dans l'Indre a été évacuée par les forces de l'ordre peu avant 5h ce mardi matin. "Toutes les personnes ont été évacuées, il y avait 80 personnes à l'intérieur, des habitants, des élus", selon la maire du Blanc Annick Gombert, qui était elle-même sur place. Ces personnes occupaient la maternité du Blanc dans l'Indre jours et nuits depuis le 19 octobre pour dénoncer sa fermeture programmée par les services de l'État.

Des fauteuils roulants pour évacuer les opposants

L'intervention des forces de l'ordre a eu lieu vers 4h30, 4h40, affirme l'élue qui précise que les policiers ont employé des fauteuils roulants pour que l'évacuation des occupants "aille plus vite". Annick Gombert dénonce par ailleurs"une attitude absolument inacceptable de l'État" dans ce dossier.

"L'intervention s'est déroulée dans le calme" (Annick Gombert)

"J'ai eu la ministre (de la Santé, Agnès Buzyn NDLR) hier au téléphone, elle m'a dit qu'elle ne pouvait pas rouvrir la maternité car les gynécologues qui avaient proposé leur candidature était trop âgés". Annick Gombert affirme lui avoir alors demandé si elle acceptait de rouvrir la maternité si un praticien plus jeune était trouvé. La ministre aurait alors répondu, "ça, surement pas", d'après la maire du Blanc.

"Je suis outrée de cette attitude, c'est une violence faite aux femmes"

Annick Gombert se dit "outrée d'une telle attitude parce que ça revient à diminuer les services publics" dans l'Indre. Elle y voit "une violence faite aux femmes qui ne pourront plus accoucher parce qu'il y a plus d'une heure de route pour atteindre une autre maternité". Pour elle, "le gouvernement n'a rien compris et continu à fermer des services publics dans les zones rurales, c'est une aberration totale".

Des actions envisagées au niveau national

"Oui, oui, il va y avoir d'autres actions", insiste Annick Gombert. L'élue compte bien rester mobilisée après 11 jours d'occupation de la maternité dont la fermeture est désormais définitive. Annick Gombert voit dans sa maternité un service "absolument indispensable" et dénonce "un vrai scandale de ne pas la laisser". "Il y a des actions au niveau national qui vont se mettre en place", promet-elle, insistant sur "le ras-le-bol" ressenti par ses administrés.