Société

Evacuer la tour Montparnasse : c’est la demande de l’Association Nationale de Défense des Victimes de l’Amiante

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région vendredi 13 mars 2015 à 12:47

Tour Montparnasse

L’ANDEVA, l’Association de Défense des Victimes de l’Amiante vient de lire le dernier Diagnostic Technique Amiante réalisé dans la tour Montparnasse par une entreprise indépendante. Selon l’association il ne faut plus tergiverser, il faut évacuer les lieux pour désamianter.

Cela fait 10 ans que la question est posée. Faut-il évacuer complètement la tour Montparnasse pour la désamianter?

Aujourd’hui, les travaux sont à l’arrêt . Des dépassements de seuil ont été autorisés en 2013. Mais l’Association Nationale de Défense des Victimes de l’Amiante vient de se procurer la dernière version du Diagnostic Technique Amiante obligatoire pour tous les propriétaires de bâtiment qui contiennent de l’amiante. Avec ce rapport, l’association ANDEVA n’a plus de doute. Il faut évacuer la tour pour enlever l’amiante.

L’association a écrit au préfet de région. Dans cette lettre, elle dénonce la "gestion chaotique" du problème de l’amiante dans la tour Montparnasse et elle épingle les 70 copropriétaires actuels. Elle montre du doigt l’expertise remise en 2014 à la Préfecture. Selon l’association, cette expertise, demandée par les autorités après l’arrêt des travaux en 2013, est partiale et elle minimise les risques de pollution. Pour étayer ses dires, l’association met en avant le dernier diagnostic. Il montre que les gaines de désenfumage sont pleines d’amiante et qu’il existe un risque de libération des fibres.

S amiante/tour Montparnasse

Plusieurs entreprises, par précaution, ont déjà quitté le bâtiment. L ’ANDEVA demande l’évacuation des 5.000 salariés encore présents dans la tour Montparnasse

Cette dernière alerte ne semble pas inquiéter la Préfecture . "Il n’y a aucun danger pour les habitants " estime la Préfecture. L’administration s’appuie sur des prélèvements réalisés en 2014. Près de 2.700 mesures de l’air ont été faites (7 par jour) et tous les résultats, sauf un, sont négatifs. Pour le résultat positif, la copropriété soupçonne un acte de malveillance.

Quant à la préfecture, elle assure que l’Etat exerce une vigilance constante.