Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

VIDÉO- É. Richard, préfet de la Loire "Pour samedi, jamais nous n'avons organisé une telle mobilisation, c'est inédit"

vendredi 7 décembre 2018 à 9:50 Par Véronique Narboux et Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le préfet de la Loire, Evence Richard, était l'invité de France Bleu Saint-Etienne Loire, ce vendredi matin. A la veille d'un nouveau week-end de mobilisation des gilets jaunes, il annonce des renforts de force de l'ordre pour sécuriser l'ensemble du département.

Evence Richard, le Préfet de la Loire promet une grosse mobilisation de forces de l'ordre pour sécuriser le nouveau week-end de manifestation des gilets jaunes
Evence Richard, le Préfet de la Loire promet une grosse mobilisation de forces de l'ordre pour sécuriser le nouveau week-end de manifestation des gilets jaunes © Radio France - Véronique Narboux

Saint-Étienne, France

Le préfet de la Loire, Evence Richard, était l'invité de France Bleu Saint-Etienne Loire, ce vendredi matin. A la veille d'un nouveau week-end de mobilisation des gilets jaunes, il annonce des renforts de force de l'ordre pour sécuriser l'ensemble du département.

- FB : Est-ce que vous avez l'impression que l'État est dépassé ? 

-Évence Richard : Non l’Etat n’est pas dépassé. Nous sommes confrontés à une situation inédite avec des manifestations quasiment tous les jours. Certaines plus violentes que d’autres. Nous nous employons à faire face. 

- FB : Quel dispositif de sécurité pour l'acte 4 de ce samedi qui est annoncé par les Gilets Jaunes sur les réseaux sociaux comme " "Insurrection stéphanoise" ?

-Évence Richard : La question n’est pas celle des effectifs. On peut avoir dix, cent, mille policiers, quand on a en face de soi un certain nombre de personnes dont le seul objectif est de casser, avec un peu de mobilité… il y aura toujours de la casse. Et je le répète notre souci, c’est d’abord d’assurer la sécurité des personnes. Nos concitoyens ne toléreraient pas qu’il y ait des dommages corporels. Et pas plus chez les manifestants que chez les forces de l’ordre. 

Les dispositions que j’ai prises pour demain avec les services de police et gendarmerie et avec les parquets de Saint-Étienne et de Roanne doivent permettre d’apporter une réponse sur l’ensemble du département. Même si je suis bien conscient que l’essentiel se déroulera à Saint-Étienne.  J’ai demandé à mes collègues de la zone de défense de m’apporter des renforts supplémentaires.

Pour samedi, jamais nous n'avons organisé dans le département une telle mobilisation de policiers et de gendarmes. C’est inédit. Nous avons rappelé tous les fonctionnaires de police et tous les militaires de la gendarmerie qui pouvaient l’être.  Nous aurons donc les forces qui sont traditionnellement dédiées au maintien de l’ordre mais nous rappelons aussi des fonctionnaires et des militaires qui ont des tâches plus administratives. Nous aurons aussi le renfort de forces mobiles, quelques mobiles et un escadron constitué. Et les forces seront réparties sur le département en fonction des risques. 

-FB : Vous avez fait reporter le match ASSE-OM. Est-ce que la fête des Lumières doit être annulée ?  

-Évence Richard : Ce n’est pas à moi de prendre cette décision. 

-FB : Le préfet de Haute-Loire est allé à la rencontre des Gilets Jaunes pour comprendre les doléances ? Vous avez fait de même ? 

-Évence Richard : La difficulté du mouvement des Gilets Jaunes dans le département de la Loire particulièrement, c’est son extrême fragmentation. Vous avez sur chaque rond-point un certain nombre d’hommes et de femmes qui tiennent un certain nombre de revendications pas forcément identiques avec le rond-point d’à côté. Je suis tout à fait disposé à les recevoir. Mais dès lors que j’aurai des représentants constitués. Et si possible représentatifs de l’ensemble du département. 

-FB : Emmanuel Macron a demandé mercredi aux leaders politiques, syndicaux d'appeler au calme... Finalement vous êtes aussi là pour ça ? Vous voulez en appeler à la responsabilité ? 

-Évence Richard : _Le message que je voudrais faire passer pour les trois jours qui viennent c’est un appel à la raison, à la sagesse à la prudence et à la modération_. Notre République assure la liberté d’expression. Il n’y a pas de raison de la brider.  C’est le fondement de la démocratie. Une démocratie dans la violence n’est plus une démocratie. Sinon, à un moment ou un autre, on ira vers la loi du plus fort. Et ça, ça n’est pas acceptable. Manifester ce n’est pas un acte anodin. Et la violence qui se déploie doit inciter chacun à la prudence et à la modération. Pour avancer, il faut discuter. Et pour pouvoir discuter il ne faut pas se battre et se taper dessus.