Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

Éviter un incendie à la cathédrale Sainte-Réparate de Nice : les dispositifs existants

mardi 16 avril 2019 à 22:11 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Azur

Après l'incendie de Notre-Dame de Paris, quel est le risque que ce genre de catastrophe se produise sur la Côte d'Azur ? Nous avons fait le point avec le curé de la cathédrale Sainte-Réparate de Nice, un expert pompier et le délégué de l'évêque pour l'art sacré.

L'intérieur de la cathédrale Sainte-Réparate lors de la messe en hommage aux victimes de l'attentat de Nice.
L'intérieur de la cathédrale Sainte-Réparate lors de la messe en hommage aux victimes de l'attentat de Nice. © Maxppp - Sébastien Botella

Nice, France

Les images ont bouleversé bien au-delà du monde religieux : la cathédrale Notre-Dame de Paris en flammes a fait le tour du monde. L'enquête pour savoir comment un tel drame a pu se produire a débuté, la piste "accidentelle" serait privilégiée selon le procureur de Paris. À Nice, la cathédrale Sainte-Réparate est un lieu extrêmement surveillé par les pompiers et les autorités. Quels sont les dispositifs pour éviter qu'une catastrophe ait lieu ? Nous avons fait le point avec le père Angela, curé et recteur de la cathédrale Sainte-Réparate de Nice, le capitaine Arnaud Malagoli, chargé de la protection et de la sauvegarde des œuvres d'art dans les musées et bâtiments historiques, et Gilles Bouis, délégué auprès de l'évêque de Nice pour l'art sacré.

Les points faibles de Sainte-Réparate

D'abord, sa situation géographique : "Nous sommes situés dans des rues étroites, dans le Vieux-Nice, cela rend l’intervention des pompiers difficiles, explique le père Angela. Et puis le feu peut venir aussi de l'extérieur et atteindre la cathédrale, puisque nous avons des maisons qui lui sont mitoyennes"

Pour le capitaine Malagoli, les précautions sont prises du côté des pompiers : "Nous avons un plan d'action spécial vieille ville, avec des véhicules adaptés et des points de rencontre entre pompiers de façon à converger vers le lieu de l'incident". Selon lui les premiers pompiers pourraient être sur place moins de 10 minutes après que l'alerte a été donnée. 

En revanche, "la hauteur de l'édifice pose un problème. Si jamais il y a un incendie, nous pouvons intervenir jusqu'à 32 mètres de hauteur, ensuite nous sommes impuissants". Comme à Paris, si un incendie se déclarait le foyer serait peut-être difficile à atteindre. En revanche les quatre cloches ne craignent pas le feu, le beffroi étant en acier. Le capitaine Malagoli relativise : "Il y a beaucoup moins de bois dans la structure qu'à Paris où la "forêt" (le nom donné à la charpente) était unique".

Que se passe-t-il en cas d'incendie ?

Une alarme se déclenche, "tout le personnel est formé à ce qu'il faut faire", explique le curé. "Nous avons la chance d'avoir trois portes, dès qu'il y a plus de 100 personnes à l'office, elles sont déverrouillées", ajoute-t-il. Après l'évacuation des personnes, place aux pompiers, qui se divisent en deux groupes : l'un va intervenir sur le feu, l'autre va se charger de protéger les œuvres d'art.

Comment protéger les œuvres d'art ?

Pour cela un protocole est minutieusement établi : chaque objet de valeur à l'intérieur de la cathédrale a été répertorié, photographié, mesuré et classé. "On sait quels objets sont les plus rares, les plus précieux, ce sont ceux-là que l'on va sortir en premier", explique Gilles Bouis, délégué auprès de l'évêque de Nice pour l'art sacré. C'est à ce moment-là qu'interviennent les pompiers, tous formés à manipuler les œuvres d'art, selon le capitaine Malagoli. Le protocole établit clairement : quelle œuvre sera transportée comment, où  et dans quel ordre ? Les œuvres sont ensuite "hébergées" où il y a de la place. À Nice ce sont des partenariats avec des musées.

"Chaque fois qu'il y a eu des gros incendies sur des édifices anciens c'est au moment de travaux."

Gilles Bouis spécialiste de l'histoire de la cathédrale rappelle qu'un "petit" incendie s'est déjà produit dans la cathédrale, en 1986. "Les fumées avaient endommagé une partie du bâtiment", explique-t-il. Le père Angela ajoute qu'il s'agissait d'une installation électrique mal maîtrisée. "Je pense que la prévention c'est la clé. Chaque fois qu'il y a eu des gros incendies sur des édifices anciens, c'est au moment de travaux, il faut bien former tous les intervenants de la cathédrale", décrit le curé.

Pour cette cathédrale, le personnage central de la sécurité est l'architecte des bâtiments de France : c'est lui qui coordonne les différents acteurs dans une sorte de "millefeuille". De nombreux protocoles sont effectivement mis en place, les pompiers connaissent très exactement le plan d'intervention pour ce lieu. Ce qui est rassurant, c'est que le système électrique vient d'être refait à Sainte-Réparate et que les travaux de rénovation sont terminés depuis 2015.

La cathédrale Sainte-Réparate, de nuit - Maxppp
La cathédrale Sainte-Réparate, de nuit © Maxppp - Jean-François Ottonello