Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Evolution de la population dans le Loiret : l'attractivité de plus en plus forte de la métropole d'Orléans

-
Par , France Bleu Orléans

Le Loiret est le département de la région Centre-Val de Loire qui a gagné le plus grand nombre d'habitants, entre 2013 et 2018. C'est ce que révèle l'Insee, dans son dernier recensement. La métropole d'Orléans est le territoire le plus dynamique. Le giennois perd encore des habitants.

La rue Jeanne d'Arc à Orléans et la cathédrale
La rue Jeanne d'Arc à Orléans et la cathédrale © Radio France - Anne Oger

Les derniers chiffres de l'Insee (l'Institut National de la Statistique), issus du recensement de la population au 31 décembre 2018, viennent d'être publiés. Ils montrent que la région Centre-Val de Loire compte 2 572 853 habitants, soit une hausse de 0,3% de sa population en cinq ans, c'est moins que la moyenne nationale.

De grosses disparités entre les six départements de la région se confirment, voire s'accentuent : baisse de la population dans les départements du Cher et de l'Indre, stagnation en Eure-et-Loir et dans le Loir-et-Cher, et hausse dans le Loiret et l'Indre-et-Loire

La métropole d'Orléans connaît la plus forte hausse

Le Loiret est le département du Centre-Val de Loire dont la population augmente le plus. Nous étions 678.845 loirétains au 31 décembre 2018, les derniers chiffres disponibles. Cela représente 13.000 habitants de plus dans le Loiret en cinq ans. Mais là encore, il y a de grosses différences, selon les territoires. 

Orléans est la ville et la métropole qui gagne le plus d'habitants dans toute la région : 116.238 résidents à Orléans, 287 019 dans toute la métropole, soit une hausse de 0,3% de la population orléanaise chaque année, et même de 0,7% par an dans toute la métropole. L'aire urbaine d'Orléans, au sens plus large, compte elle plus de 449 000 habitants.

Des villes comme Ingré, Saint-Jean-le-Blanc en forte hausse

A l'intérieur de cette métropole d'Orléans, on note que c'est la ville d'Ingré qui connaît la plus forte hausse de sa population en cinq ans, la hausse est de 2,3%, cela représente environ un millier d'habitants supplémentaires sur la commune en cinq ans. Viennent ensuite Saint-Jean-le-Blanc (+1,7%), Olivet (+1,6%) et Saint-Jean-de-Braye (+1,5%). Olivet reste la deuxième ville du département, avec toujours une population en hausse. 

Les variations de population dans la métropole d'Orléans
Les variations de population dans la métropole d'Orléans - Insee

Mais dans la métropole d'Orléans, des communes connaissent des progressions encore plus fortes. C'est le cas de Mardié (+2,7%), par exemple, ou Marigny les Usages (+5,8%). Et hors de la métropole mais à proximité, on note aussi des hausses importantes de la population dans certaines communes, comme Vennecy, Mareau aux Prés. 

Il faut noter qu'un simple programme immobilier, la construction d'un lotissement, peuvent faire gonfler les chiffres dans ce genre de communes, c'est la loi de la statistique.

Combien d'habitants dans votre commune ?

Découvrez les derniers chiffres publiés par l'Insee, pour voir l'évolution de la population dans votre commune, à la date du dernier recensement de 2018.

L'attractivité de la métropole, un phénomène renforcé

Mais ces chiffres illustrent un phénomène qui s'amplifie : l'attractivité de la métropole au-delà parfois des 22 communes qui marquent ses frontières administratives. La disponibilité des terrains et du foncier jouent un rôle important. 

La proximité relative, aussi, de cette métropole, recherchée par des habitants qui bien souvent y travaillent. On voit ainsi qu'une ville comme Beaugency a tendance à perdre des habitants, quand Meung sur Loire, plus proche d'Orléans, a tendance à en gagner

Des territoires qui se vident, comme à Gien

A l'inverse, ces chiffres mettent l'accent aussi sur un phénomène qui s'amplifie : le recul de la population dans certains territoires très éloignés des grandes métropoles et des bassins d'emploi attractifs. 

C'est le cas de Gien, qui perd en cinq ans plus d'un millier d'habitants, avec un solde migratoire de -1,3% (le solde migratoire, ce sont les gens qui quittent un territoire, par opposition au solde naturel, calculé en fonction du nombre de naissances par rapport au nombre de décès). 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess