Société

Problème de communication lors de la simulation d'accident dans le tunnel de Randan

Par Valentine Letesse, France Bleu Pays d'Auvergne mardi 22 septembre 2015 à 12:27

Les services de secours en action dans le tunnel de Randan.
Les services de secours en action dans le tunnel de Randan. - Maxence Duvaut

Dans la nuit du lundi 21 au mardi 22 septembre, exercice de crise dans le tunnel de Randan. Pompiers, gendarmes, et services de la préfecture ont simulé le sauvetage d'une trentaine de passagers d'un TER. Deux accidents complexes qui ont révélé quelques couacs de communication.

Une centaine de pompiers, de gendarmes et d'agents de la préfecture du Puy de Dôme ont passé la soirée et la nuit, à secourir la trentaine de passagers d'un TER. Un exercice de situation de crise, pour entraîner les différents services de secours. Au programme : un accident "2 en 1"où un train percute un camion transportant des produits chimiques dans le tunnel de Randan. 

Des lignes vite saturées

Chaque service doit gérer sa partie et donc se coordonner avec les autres agents, sans se marcher dessus. Les cheminots par exemple, doivent sécuriser la circulation et s'assurer de l'évacuation des victimes. Mais le site, escarpé, pas facile d'accès et excentré, a surtout mis en lumière un problème de communication. Qu'elles soient radios, ou par téléphones portables, les communications passent mal et les lignes sont vite saturées. Un problème qui a fortement ralenti les secours. "Notamment dans l'acheminement du train" explique Eric Cinotti. Ce train dont parle le directeur régional de la SNCF, devait partir de Vichy, puis venir récupérer les passagers indemnes.

 Il est arrivé 2 heures après l’événement, alors qu'il devait arriver une heure après l'accident." -  Eric Cinotti, directeur régional Auvergne de la SNCF.

Mais le patron des cheminots tempère "ce train prend en charge les personnes valides, choquées certes, mais qui ne posent pas de problèmes médicaux." Il reste donc encore du travail aux différents services de secours de la région, qui vont donc se réunir, pour trouver rapidement des solutions. 

Témoignage d'Eric Cinotti, directeur régional de la SNCF.