Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Explosion de la rue Trévise : des associations de victimes interpellent les candidats à la Mairie de Paris

Trois associations de victimes de l'explosion de la rue Trévise en 2019 à Paris profitent des élections municipales de mars 2020 pour interpeller les candidats à la Mairie de Paris avec une lettre ouverte. Elles veulent savoir ce que prévoient de faire les candidats si un tel drame se reproduit.

Le 12 janvier 2019, une explosion rue Trévise à Paris faisait quatre morts et 66 blessés.
Le 12 janvier 2019, une explosion rue Trévise à Paris faisait quatre morts et 66 blessés. © Radio France - Grégoire Lecalot

Les victimes et familles de victimes de l'explosion de la rue Trévise à Paris, le 12 janvier 2019 lance un cri d'alarme. Elles se sentent oubliées et elles interpellent, dans une lettre ouverte, tous les candidats qui se présentent à Paris aux élections municipales de mars 2020. Trois associations sont signataires : la FENVAC, la VRET et Tévise ensemble!.

Les candidats à la Mairie de Paris interpellés sur la sécurité

Les associations de victimes souhaitent "mettre la sécurité des Parisiens au cœur du débat" des municipales à Paris. Elles veulent une réponse sur les risques d’explosion de gaz et sur les actions prévues par la Mairie de Paris auprès des victimes de sinistres majeurs potentiels.

Dans leur lettre, elles rappellent que l'explosion de la rue Trévise a fait quatre morts et 66 blessés dont 10 graves. 

Les victimes se sentent abandonnées

Les associations indiquent que "plus d’un an après, au‐delà des premières aides, les victimes, près de 1.000 (personnes), constatent qu’elles sont seules pour affronter les multiples répercussions de ce drame, que ce soit sur les plans physiques, psychiques, professionnels, familiaux, sociaux et immobiliers, entre autres".  

Elles pointent du doigt la lenteur de la justice et la mauvaises volonté, disent-elles, de certains interlocuteurs.  

Les associations veulent que les candidats s'engagent

Les associations profitent des élections municipales de mars 2020 pour interpeller tous les candidats : "Nous souhaitons connaître votre position en tant que candidat à la Mairie de Paris sur cette situation et les actions que vous comptez mener afin d’éviter de nouveaux drames". 

Elles réclament "la mise en place de toute urgence d’un accord‐cadre qui adresserait ainsi un message fort et rassurant de la Mairie de Paris auprès des victimes, quelle que soit leur nationalité, dans la difficulté pour leur résilience, et pour tous les parisiens". Un tel accord existe déjà pour 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu