Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : nos idées pour une cuisine facile

Explosion des commandes dans les drives fermiers du Limousin en cette période de confinement

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu Creuse

En cette période de confinement, les initiatives locales de ventes directes de produits de la ferme sont en train d'exploser. Gros succès notamment pour les "drives fermiers" du Limousin, qui ont même du mal à faire face aux commandes, et qui vont s'étendre en raison de la forte demande.

Drive fermier (image d'illustration, 2014)
Drive fermier (image d'illustration, 2014) © Maxppp - Marine Legrand

En cette période de confinement, les initiatives locales de ventes directes de produits de la ferme sont en train d'exploser. Gros succès notamment pour les "drives fermiers" du Limousin, qui ont même du mal à faire face aux commandes, et qui vont s'étendre en raison de la forte demande, en Haute-Vienne notamment.

Commandes en hausse de... 800% en une semaine !

Dans ce département en effet, l'activité du drive fermier qui regroupe une vingtaine de producteurs a très fortement augmenté. En une semaine, "les commandes ont explosé de 800%" explique Céline Boyard, responsable des circuits courts à la Chambre d'Agriculture de Haute-Vienne. Devant cet afflux de commande, elle a dû faire installer quatre points de retrait supplémentaires dans le département, en plus de ceux de Limoges-Nord et de Panazol. Elle songe aussi à créer des "mini-drives" supplémentaires, si des producteurs d'un même secteur sont d'accord. "On peut tout à fait envisager d'avoir d'autres groupes de producteurs sur des secteurs un peu plus isolés, dans le Nord ou l'Ouest du département" explique-t-elle, assurant que la Chambre d'Agriculture leur "proposera une sorte de packaging avec le site, le paiement en ligne, pour qu'ils puissent organiser leur mini-drive localement".

Sécurité lors de la livraison

Céline Boyard insiste aussi sur la sécurité lors de la réception des marchandises par les clients. "On sert avec des gants, on n'approche pas la clientèle qui peut même rester dans sa voiture, et il n'y a même pas de contact pour le paiement puisqu'il a été fait en ligne", explique-t-elle. 

"On a même des masques et du gel hydroalcoolique" complète Nicolas Jaubert, le Directeur du Drive Fermier du Limousin, basé en Corrèze, "mais on a surtout mis en place un système de remise des colis qui fait qu'il n'y _aucun contact entre le producteur et le client_, et la distance de sécurité entre les clients est aussi respectée", précise-t-il. Devant la hausse des commandes, Nicolas Jaubert explique aussi par ailleurs avoir formé plusieurs personnes, pour répondre à la fois aux demandes des clients et aux demandes d'agriculteurs voulant entrer dans le système. 

Une autre distribution, une autre consommation

Enfin, Nicolas Jaubert espère que le développement de ces drives et globalement de la vente directe va "renforcer le lien entre les agriculteurs et leur territoire". Espoir partagé par Pascal Boiron, éleveur bovin à Saint-Eloi, en Creuse, lui-même adhérent au Drive fermier du Limousin. Il espère que cette situation inédite va d'abord permettre aux agriculteurs creusois d'écouler leur production, car pour certains la situation n'est pas simple en ce moment. Il espère aussi que ce contexte va faire changer les habitudes des consommateurs. "Qu'ils reviennent dans les fermes, même si ça c'est un peu difficile, mais effectivement ces drives sont une bonne chose" juge-t-il. "Chez nous, il faut les recentrer à Guéret et à la Souterraine, et faire travailler le local, essayer d'oublier un peu les grandes surfaces", dit Pascal Boiron, également engagé en vente directe, qu'il avait cessée sur sa ferme, mais qu'il va probablement relancer.  La crise sanitaire est donc peut-être en train de changer profondément les modes de distribution, et nos habitudes de consommation.

> L'info en plus :  Ce mardi 31 mars s'ouvre aussi la plateforme des producteurs locaux de la Nouvelle-Aquitaine, une initiative de la Région sur www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr. Elle restera en place le temps du confinement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu