Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Extension de la PMA à toutes les femmes : le Comité d'éthique confirme son avis favorable

mardi 25 septembre 2018 à 9:26 Par Viviane Le Guen, France Bleu

La procréation médicalement assistée (PMA) doit être étendue aux couples de femmes et aux célibataires selon le Comité d'éthique (CCNE) qui rend ce mardi un avis sur les grands thèmes qui seront contenus dans la prochaine loi de bioéthique.

 Illustration PMA lors de la marche des fiertés "gay pride" 2018, Paris, 30 juin 2018
Illustration PMA lors de la marche des fiertés "gay pride" 2018, Paris, 30 juin 2018 © Maxppp - Leon Tanguy

L'extension de la PMA aux couples de femmes et aux célibataires "peut se concevoir, notamment pour pallier une souffrance induite par une infécondité résultant d'orientations personnelles" estime le Comité d'éthique (CCNE) dans un avis publié ce mardi. "Cette souffrance doit être prise en compte", ajoute-t-il.

Le CCNE, qui s'était déjà prononcé en 2017 pour l'extension de la PMA, à laquelle est favorable le président Macron, réaffirme également son opposition à la GPA (gestation pour autrui, c'est-à-dire le recours à une mère porteuse).

  - Visactu
© Visactu

Le Comité d'éthique défavorable à la légalisation de l'euthanasie

Par ailleurs, il juge que la loi Claeys-Leonetti de 2016 sur la fin de vie, qui interdit l'euthanasie et le suicide assisté, ne doit pas être modifiée. 

Le Comité d'éthique "insiste sur l'impérieuse nécessité que cette loi soit mieux connue et mieux respectée", et "souhaite qu'un nouveau plan gouvernemental de développement des soins palliatifs soit financé". Le gouvernement a déjà assuré que la fin de vie ne figurerait pas dans son projet de loi de bioéthique, puisqu'elle fait l'objet d'une loi à part.

Cet avis fait suite à une consultation publique appelée "Etats généraux de la bioéthique", organisée entre janvier et avril par le CCNE (Comité consultatif national d'éthique) autour de neuf thèmes. Le but est de nourrir les discussions parlementaires sur la prochaine révision de la loi de bioéthique. Le gouvernement a prévu de présenter avant la fin de l'année un projet de loi qui sera débattu par le Parlement début 2019.