Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Extension des terrasses à Paris : les riverains n'en peuvent plus des nuisances

-
Par , France Bleu Paris

Alors que l'extension des terrasses parisiennes sera prolongée jusqu'au 30 juin 2021, les riverains, aussi contents soient-ils pour le commerce, n'en peuvent plus des nuisances, sonores notamment. La mairie de Paris promet que des efforts seront faits et que l'amende va grimper.

"Need to sleep" est-il écrit sur une banderole dans le quartier Montorgueil.
"Need to sleep" est-il écrit sur une banderole dans le quartier Montorgueil. © Radio France - Jade Peychieras

Bonne nouvelle pour les clients et pour les commerces, un peu moins pour les riverains :lLes extensions de terrasses accordées aux 8 000 cafetiers et restaurateurs parisiens seront prolongées jusqu'au 30 juin 2021. Sauf que les voisins commencent sérieusement à s'agacer des nuisances, sonores notamment. Avec la chaleur, impossible de dormir la fenêtre fermée... et impossible de fermer l’œil de la nuit.

Dans le quartier Montorgueil, sur un balcon, une banderole suspendue, sur laquelle des lettres noires s'étalent en grand : "Need to sleep" ("J'ai besoin de dormir"). Vladimir passe juste en dessous : "Si on m'offrait cet appartement, gratuitement, je n'en voudrais pas. On ne peut pas dormir, le soir c'est le bordel !"

Marie, elle, a quelques années de moins, peut-être le sommeil un peu plus lourd mais surtout, elle travaille elle-même dans la restauration et elle assure que cette extension des terrasses est vitale pour le commerce : "Il faut que tout le monde fasse un effort ! Je les comprends, mais si on parle des nuisances sonores, il y a aussi les voitures, les motos... On est à Paris !" argumente-t-elle. 

Autre risque, bien plus important que le bruit, dénonce Catherine, une riveraine : "Ce qui me gêne, surtout, c'est qu'il y ait énormément de gens qui ne respectent pas forcément les distances de sécurité".

Des amendes plus salées

La mairie de Paris assure qu'elle va retravailler la question des distanciations physiques, de la propreté et des nuisances sonores, dans sa charte avec la restauration. L'amende, elle, pourra désormais grimper jusqu'à 500 euros, contre 135 euros pour l'instant. "Plus dissuasif", espère Olivia Polski, l'adjointe à la maire de Paris en charge du commerce.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess