Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Haute-Loire : face à la menace d'une manifestation, le Géant Casino renonce à ouvrir le dimanche après-midi

À Vals-près-Le-Puy, en Haute-Loire, la menace d'une nouvelle manifestation contre une ouverture sans personnel du magasin Géant Casino dimanche après-midi a poussé le groupe à faire marche arrière. Une victoire pour l'intersyndicale qui dénonçait ces ouvertures.

Géant Casino de Vals-près-le-Puy, en Haute-Loire.
Géant Casino de Vals-près-le-Puy, en Haute-Loire. - Capture d'écran Google street view.

Vals-prés-le-Puy, France

C'est une annonce en forme de victoire pour les opposants à l'ouverture sans personnel du magasin Géant Casino de Vals-près-Le-Puy. Selon la CDFT, FO et la CGT, le groupe Casino a renoncé à ouvrir son seul hyper marché de Haute-Loire ce dimanche après-midi.

Les vigiles obligés d'aider les clients avec les caisses automatiques

Une manifestation des syndicats était prévue devant le magasin à 12 heures, pour protester contre cette ouverture mais aussi pour informer les clients sur ses impacts. "En dehors de six dimanches dans l'année, c'est illégal d'ouvrir le dimanche après-midi", explique Guillaume Touminet, secrétaire général de la CFDT des services 42/43. "Casino contourne la loi, il n'y pas de salarié dans le magasin et il n'y a que les caisses automatiques qui fonctionnent. Le problème, c'est que bien souvent ce sont les vigiles des magasins qui se retrouvent à aider les vieilles dames sur les machines."

"On est ouvert au dialogue mais il faut des contreparties." - Guillaume Touminet

Les opposants avaient déjà perturbé l'ouverture sans personnel de dimanche après-midi le 15 décembre dernier. "On n'est pas opposé au progrès", confie Guillaume Touminet. "Seulement il doit être accompagné. On est ouvert au dialogue mais il faut qu'il y ait des contreparties."

Le responsable syndical pointe aussi du doigt la surcharge de travail qui découle de ces ouvertures le dimanche après-midi. "Il faut prévoir un stock suffisant de marchandises pour que les rayons soient approvisionnés toute la journée. Et quand vous laissez un magasin tout un après-midi aux clients, il y a forcément du rangement et du nettoyage à faire le lundi matin en arrivant."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu