Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Facebook : les messages privés de 81.000 utilisateurs en vente sur Internet

vendredi 2 novembre 2018 à 18:00 Par Viviane Le Guen, France Bleu

D'après une enquête de la BBC publiée ce vendredi, des hackers proposent à la vente les messages privés de plusieurs dizaines de milliers d'utilisateurs du réseau social, touché par une importante faille de sécurité à la fin du mois de septembre.

 Illustration Facebook
Illustration Facebook © Maxppp - Jérémie FULLERINGER

Dans une enquête (en anglais) publiée ce vendredi, la BBC révèle que des hackers russes auraient récupéré les messages privés de 81.000 utilisateurs de Facebook. 

Le réseau social, déjà accusé de négligence dans la gestion des informations personnelles de ses utilisateurs depuis l'affaire Cambridge Analytica, avait indiqué fin septembre avoir découvert une importante faille de sécurité, laissant penser que des millions de comptes avaient été piratés.

Des messages personnels vendus 10 centimes sur internet

Facebook assure cette fois ne pas avoir été victime d'un piratage. Les hackers seraient parvenus à accéder aux conversations privées de ces milliers d'utilisateurs via des applications malveillantes installées sur les navigateurs (assistants personnels de shopping, des outils de marque-page etc.)

Ils ont ensuite proposé à la vente sur internet ces messages personnels, envoyés par Facebook Messenger, pour 10 centimes par compte.

D'après la BBC, les victimes sont en majorité des utilisateurs russes et ukrainiens. Des Américains, des Brésiliens et des Britanniques seraient aussi concernés.

Interrogé par le média anglais, Facebook n'a pas révélé le nom des extensions concernées mais précise avoir contacté les éditeurs des navigateurs pour s'assurer qu'elles ne sont plus disponibles en téléchargement sur leurs plateformes.