Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Faire appel à des internes pour lutter contre la désertification médicale

-
Par , France Bleu Maine

C'est l'une des préoccupations majeures des gilets jaunes et des ruraux : la pénurie de médecins dans les campagnes. Pour y faire face, Dominique Dhumeaux, le président des maires ruraux de la Sarthe, propose de faire appel à des internes.

Le Mans, France

Dominique Dhumeaux participe à une mission consacrée à la ruralité. Suite au grand débat, le gouvernement a demandé à cinq élus de faire des propositions pour répondre au sentiment d'abandon d'une partie des campagnes. 200 propositions, basées notamment sur les remarques contenues dans les cahiers de doléances, ont été remises au Premier ministre. Edouard Philippe annoncera celles qui sont retenues, le 20 septembre lors du congrès national des maires. L'une des préoccupations majeures des ruraux est la désertification médicale. " Et pourtant, elle ne figure pas dans le plan santé annoncé lundi par Agnès Buzyn pour désengorger les urgences. Pour pallier au manque de médecins, nous proposons de faire appel aux internes. De les obliger de faire leur stage dans les zones sous-dotées que cela soit en campagne ou en ville. Ils peuvent, lors de leur dernière année de médecine, de prescrire des ordonnances et accueillir les personnes qui n'ont pas de médecins généralistes. Cela permettrait de trouver 3000 médecins à répartir sur l'ensemble du territoire"

"Les Maisons France Service ne règlent pas tout" 

C'est l'une des annonces faites par Emmanuel Macron à l'issue du Grand débat : la création de Maison France Service. Un lieu unique qui doit réunir au moins 9 services administratifs pour faciliter les démarches des habitants, notamment ceux qui habitent la campagne. Une Maison France Service devrait ouvrir en principe dans chaque canton. " C'est une des solutions" dit Dominique Dhumeaux " mais elle ne répondra pas aux difficultés des 13 millions de Français qui sont en délicatesse avec le numérique, avec la dématérialisation des actes de la vie courante. Il faut redonner aux mairies leur place centrale. Par exemple, une carte grise se faisait en mairie, aujourd'hui ça passe forcément par internet. Il faut redonner du pouvoir aux mairies qui travailleront avec le personnel des maisons France Services".

L'augmentation de la taxe foncière

"La plupart du temps, la taxe foncière du foncier bâti augmentait de la même manière que la taxe d'habitation. Mais aujourd'hui, on ne voit que la taxe foncière augmenter car la plupart des maires ont la sagesse de ne pas augmenter la taxe d'habitation parce qu'elle est normalement figée et que ce sera à l'Etat de compenser ces pertes. Donc évidemment, les communes qui ont besoin de ressources supplémentaires n'ont plus que cette variable. Après, je suis surpris de voir que certains taux peuvent augmenter plus significativement." De 8 à 30% pour 137 000 propriétaires français. 

Choix de la station

France Bleu