Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Faire revenir 20.000 étudiants sur les campus de l'Université Jean-Monnet, ce n'est pas une mince affaire"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les cours à l'université reprennent ce lundi. Une reprise partielle, avec une jauge à respecter de 20%. Une satisfaction selon Yann Sapet, vice-président étudiant à l'Université Jean Monnet, même si le système mis en place est loin d'être parfait.

Un des bâtiments du campus Tréfilerie de l'université Jean Monnet de Saint-Étienne.
Un des bâtiments du campus Tréfilerie de l'université Jean Monnet de Saint-Étienne. © Radio France - ER

C'est une petite bouffée d'oxygène pour les étudiants de l'Université Jean Monnet. Certains d'entre eux ont pu reprendre les cours ce matin sur les campus de Saint-Étienne et de Roanne. Mais la reprise reste partielle, puisqu'il faut respecter une jauge de 20%. Une bonne nouvelle pour Yann Sapet, vice-président étudiant à l'Université Jean Monnet, même s'il aurait souhaité qu'on revienne à une organisation semblable à celle du mois d'octobre.

Compliqué de revenir pour une journée de cours

"C'est un peu une seconde rentrée", explique Yann Sapet, invité de la rédaction de France Bleu Saint-Étienne. "On est heureux de revenir sur site, mais d'un autre côté on a des étudiants qui sont éloignés du campus, qui sont rentrés chez leurs parents et qui vont avoir du train et de la route à faire pour seulement quelques heures de cours. Nous ce qu'on demandait, c'était un retour à un dispositif comme en octobre, avec tous les travaux dirigés et pratiques en physique et les cours magistraux à distance. Ça représentait environ 30% de présence sur site, et donc plusieurs jours."

Des disparités entre les filières et les niveaux

De son côté, l'Université Jean Monnet explique tout mettre en place pour que les étudiants aient au moins une journée de cours en présentiel par semaine. Même si pour le moment des disparités persistent entre les niveaux et les filières. "C'est flou pour tout le monde", confie Yann Sapet. "Nous avons des informations qui tombent au compte-gouttes de la part de l'État, et les changements doivent se mettre en place très rapidement, alors que faire revenir 20 000 étudiants sur le campus, ce n'est pas une mince affaire."

L'autre conséquence de la crise sanitaire, c'est la précarisation encore plus grande de certains étudiants. D'où l'appel de certains à les inscrire dans les dispositifs de RSA, ce qui leur permettrait de toucher une allocation d'environ 564 euros. "Le problème, c'est que les mesures qui sont prises [comme les repas du Crous à 1 euros pour les étudiants] sont des mesures d'urgence. On craint que le soufflé ne retombe à la fin de la crise, et que les étudiants restent dans la précarité. La question, c'est comment on protège les étudiants. L'une des pistes, c'est par exemple de supprimer les paliers pour les bourses."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess