Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Fameck : un garage dédié aux personnes aux revenus modestes

lundi 15 avril 2019 à 20:27 - Mis à jour le dimanche 21 avril 2019 à 17:43 Par Victorien Willaume, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Un garage solidaire, dédié aux personnes aux revenus modestes a ouvert, en novembre, à Fameck. Les tarifs proposés sont au moins deux fois inférieurs à ceux d'une structure classique.

Le garage est ouvert aux personnes au RSA, qui touchent l'allocation adulte handicapé, ou encore aux retraités aux revenus modestes.
Le garage est ouvert aux personnes au RSA, qui touchent l'allocation adulte handicapé, ou encore aux retraités aux revenus modestes. © Radio France - Victorien Willaume

Fameck, France

C'est une première en Moselle. Un garage solidaire a ouvert, en novembre, à Fameck. 

Il permet à des personnes aux revenus modestes (qui touchent une petite retraite, le RSA, une allocation adulte handicapé...) de faire réparer leur voiture pour un prix très réduit. Au moins deux fois moins élevé que dans un garage classique, notamment grâce à des partenariats avec des fournisseurs. 

Le devis est fait gratuitement. Les pièces elles sont vendues à prix coûtant, et l'association ne réalise aucune marge. 

 C'est la Cité sociale et le Conseil citoyen de Fameck qui sont à l'origine du projet.  - Radio France
C'est la Cité sociale et le Conseil citoyen de Fameck qui sont à l'origine du projet. © Radio France - Victorien Willaume

C'est la Cité sociale et le Conseil citoyen de Fameck qui sont à l'origine du projet. Ils ont eu l'idée il y a plusieurs années, mais c'est donc seulement il y a quelques mois qu'ils ont réussi à le concrétiser, avenue Jeanne d'Arc, à la sortie de la commune.

Des prix peu élevés, une facture, une garantie

Zahia est venu récupérer son vieux Scénic : "La personne qui a ouvert ce garage a fait franchement un truc super.", dit-elle émue. 

Avant, elle était obligée de demander à des connaissances de réparer sa voiture, mais il n'y avait ni garantie, ni facture. Et surtout les prix restaient élevés : "Actuellement, je ne peux pas travailler, j'ai des problèmes de santé. Avec ce garage on peut ramener notre voiture, ça revient moins cher par rapport aux autres garages. Sans voiture on ne peut pas se déplacer !", témoigne-t-elle. 

Comme Zahia, à peu près 5 personnes passent ici tous les jours. Et l'une des clés du succès, c'est la confiance. Tahar a la tête plongée dans un capot, il est chargé de l'accueil et de la mécanique : "Ils savent très bien qu'il n'y a pas de profit à faire, et donc qu'on va leur dire vraiment quelle est la panne.", explique-t-il. 

La majorité des personnes qui viennent au garage sont des femmes.  - Radio France
La majorité des personnes qui viennent au garage sont des femmes. © Radio France - Victorien Willaume

160 véhicules réparés depuis novembre 

Il a fallu plusieurs années pour que le projet se concrétise. Et ça commençait à devenir urgent, parce que le budget voiture pèse beaucoup sur les ménages, estime Nagate Zanki. Elle est secrétaire au garage solidaire de Fameck : "Encore plus pour les personnes aux petits revenus. Quand ils vont dans un garage classique, la facture est trop élevée, surtout que souvent ils ont des véhicules âgés, qui ont plus de dix ans.", assure-t-elle. 

L'année prochain, le budget du garage solidaire pourrait augmenter. Cela permettrait par exemple d'avoir deux mécaniciens, au lieu d'un seul aujourd'hui. 

Depuis novembre, plus de 200 devis ont été réalisés. 160 véhicules ont été réparés (travaux, vidanges....), et 60% des réparations ont été faites pour des femmes

Une dizaine de partenaires ont permis de financer le projet, comme le Conseil régional, la mairie, l'Etat, mais aussi des entreprises.