Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Faut-il favoriser le maintien des victimes mayennaises de violences conjugales à leur domicile ?

-
Par , France Bleu Mayenne

Deux réunions publiques au sujet des violences conjugales doivent encore se tenir à Laval le 15 et le 17 octobre. Depuis le lancement du Grenelle des violences conjugales, des acteurs locaux ont travaillé sur plusieurs questions : la parole des femmes dans un commissariat ou le maintien à domicile.

Un numéro d'écoute est à votre disposition, c'est le 39 19.
Un numéro d'écoute est à votre disposition, c'est le 39 19. © Radio France - Aurore Richard

Département Mayenne, France

La Mayenne se mobilise contre les violences faites aux femmes. Une réunion publique se tient ce mardi 15 octobre à la Maison des associations de Laval sur cette question : "Comment favoriser la parole des femmes dans les commissariats et gendarmeries ?". Citoyens, associations et entreprises sont invités à participer.  

C'est l'un des trois rendez-vous mis en place en Mayenne dans le cadre du Grenelle des violences conjugales. Lancé par le gouvernement le 3 septembre dernier, un travail de concertation a donc eu lieu depuis, avec des acteurs locaux pour lutter contre les féminicides. Il y a eu 120 féminicides depuis le début de l'année en France dont deux dans notre département.  

C'est la victime qui quitte le plus souvent le domicile

Une autre réunion publique est organisée ce jeudi 17 octobre à Laval sur le thème : "Dans quelles mesures favoriser le maintien des victimes dans leur domicile ?". Pour participer à cette réunion, comme à celle du 15, il faut s'inscrire en ligne. 

Monika Kumar de l'association "Revivre" qui accueille le jour et en urgence les victimes de violences conjugales convient qu'il existe des outils judiciaires pour les protéger mais "actuellement, c'est plutôt la femme, la victime qui quitte le domicile avec les enfants et souvent dans la précipitation. Parfois, les situations de violence se terminent par des drames et c'est justement quand le départ n'est pas préparé". 

Un dispositif d'hébergement pour les auteurs de violences

L'association Revivre est justement là pour aider les victimes à le préparer mais parfois elles veulent rester dans leur domicile, selon Monika Kumar :

C'est pratique pour garder le lien, pour scolariser l'enfant, par rapport à son lieu de travail"

C'est étudié au cas par cas, selon les besoins de la victime et il y a même un autre dispositif proposé depuis un an et demi en Mayenne qui permet d'héberger les auteurs de violences conjugales. "C'est un hébergement temporaire, sur une durée très courte, 15 jours renouvelables une fois et qui ne permet pas forcément d'aller jusqu'à la décision de justice donc il faut peut-être l'allonger", explique Stéphane Laure, déléguée départementale aux droits des femmes et à l'égalité. 

L'association "Les 2 rives" a une place à disposition dans le département pour les auteurs de violences et neuf pour les victimes. Un numéro d'écoute si vous êtes victime ou si vous connaissez des femmes victimes de violences est à votre disposition : le 3919.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu