Société

Faut-il instaurer un revenu minimum pour les étudiants?

Par Clément Lacaton et Aurélie Locquet, France Bleu Alsace mercredi 11 mars 2015 à 11:01

Distribution de paniers repas à des étudiants, chaque mercredi à Strasbourg
Distribution de paniers repas à des étudiants, chaque mercredi à Strasbourg © Radio France - Clément Lacaton

La moitié des étudiants vivraient en dessous du seuil de pauvreté selon la mutuelle LMDE. Vous réagissez...

Tous les mercredis en fin d'après-midi, une file d'attente se forme devant le foyer Bernanos à Strasbourg. Des étudiants strasbourgeois qui viennent profiter de la distribution de paniers repas à 1 euro. "La distribution de colis alimentaires a commencé en 2011" , explique Grégoire Kairys président de l'Asef Strasbourg, l'association étudiante qui organise cette distribution, "avec une explosion du nombre des bénéficiaires en 2012. Depuis 2013, c'est stable, autour de 300 personnes par semaine."

Distribution de paniers repas à des étudiants, chaque mercredi à Strasbourg - Radio France
Distribution de paniers repas à des étudiants, chaque mercredi à Strasbourg © Radio France - Clément Lacaton

Et si ces distributions ont autant de succès, c'est parce que les étudiants ont peu de revenus. Plus de la moitié d'entre eux vivraient avec moins de 400 euros par mois, en dessous du seuil de pauvreté. Les 3/4 d'entre eux seraient dépendants de leur famille pour leurs revenus. 30% des étudiants toucheraient une bourse.

Distribution de paniers repas à des étudiants, chaque mercredi à Strasbourg - Radio France
Distribution de paniers repas à des étudiants, chaque mercredi à Strasbourg © Radio France - Clément Lacaton

Pour joindre les deux bouts, un tiers des jeunes suivent des études et travaillent en même temps selon l'UNEF, première organisation étudiante de France. "Mais cette activité est la première cause d'échec à la fac" , s'indigne Flavie Linard, présidente de l'Unef Strasbourg. "Les étudiants qui travaillent sont fatigués, ils ont plus de mal à travailler leurs cours." Il existe en France un statut d'étudiant salarié, mais il est loin de tout régler ajoute Flavie Linard. "Ces étudiants peuvent manquer les TD parce qu'ils travaillent ou s'inscrire en priorité dans certains cours qui conviennent mieux à leurs horaires, mais ils doivent quand même se débrouiller pour passer leurs examens."

Le reportage complet de Clément Lacaton :

précarité étudiante_ENRO

> Réagissez ce jeudi en direct sur France Bleu Alsace au 03 88 25 15 15 à partir de 6 heures et votez dès maintenant :