Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

L'utilisation des lanceurs de balles de défense (LBD) dans les manifestations fait polémique

jeudi 31 janvier 2019 à 18:20 Par Emilie Briffod, France Bleu Provence

Alors que l'acte 12 des Gilets Jaunes se prépare samedi le Conseil d'état doit se prononcer sur l'usage par les forces de l'ordre des LBD, les lanceurs de balles de défense. Plusieurs recours ont été déposés en urgence par la CGT et la Ligue des droits de l'Homme pour en demander l’interdiction.

Illustration - Utilisation de LBD pendant les manifestations
Illustration - Utilisation de LBD pendant les manifestations © Maxppp -

Marseille, France

Le Conseil d’État doit rendre sa décision après des recours déposés en urgence par la CGT et la Ligue des droits de l'Homme sur l'utilisation des LBD, les lanceurs de balles de défense. Alors que se prépare l'acte 12 de la mobilisation des Gilets Jaunes ce samedi, plusieurs voix s'élèvent pour réclamer l'interdiction de ces armes jugées par ces détracteurs comme dangereuses et inutiles. Depuis le début de la mobilisation des gilets jaunes le 17 novembre, on comptabilise plus 9.000 tirs de LBD. 111 enquêtes ont été ouvertes par l'inspection générale de la police (IGPN) pour violences policières et 20 manifestants ont été blessés à un œil selon le collectif militant "Désarmons-les".

Une arme non- létale controversée

Samedi dernier, l'un des leaders des gilets jaunes Jérôme Rodrigues a perdu un œil place de la Bastille à Paris. Selon son témoignage, le rapport d'un policer et une vidéo amateur , il pourrait s'agir d'un tir de LBD.         

Le docteur Laurent Thines, professeur de neurochirurgie au CHU de Besançon, a lancé une pétition pour un moratoire sur l'utilisation des armes sublétales afin d'alerter "sur leur dangerosité extrême". Le médecin évoque la centaine de blessés graves et les 17 personnes ayant perdu un œil.

Selon Bruno Trani, le secrétaire régional Paca CRS Unsa "le LBD est une arme de défense utile pour contenir des foules de plus en plus agressives." "Les blessures de certaines personnes sont des dommages collatéraux. Nous les regrettons mais nous retirer cette arme aurait des conséquences beaucoup plus graves"

De son côté David Dufresne, journaliste indépendant qui tient depuis le début de la mobilisation des Gilets jaunes, le décompte de chaque personne blessée par les forces de l'ordre dénonce l'utilisation de cette arme. Pour lui le LBD " devrait être utilisé en cas de légitime ou d’absolue nécessité alors qu'elle est  utilisée pour de la dispersion de manifestants, de l'attaque".