Société

Faut-il parler de pénurie de médicaments?

Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine mercredi 16 septembre 2015 à 14:52

Pharmacie
Pharmacie © Radio France

La pénurie de médicaments est devenue une réalité. Combien de fois, le pharmacien se retrouve sans solution, face à une prescription, que ce soit de vaccins ou de simples médicaments. La faute à qui? Qui doit-on blâmer? Quelle est la solution? Est-ce que ça va s'améliorer?

Toutes les pharmacies sont touchées, sans exception, en Indre-et-Loire. Il n'y a pas de distinction entre l'agglomération tourangelle et les zones rurales. Jamais les pharmacies n'ont connu autant de ruptures de stocks, multipliées par 10 en 5 ans. Sur une commande de 100 médicaments, il arrive qu'il manque entre 20 et 30 produits, dont certains très importants pour le coeur ou le diabète. Ca touche aussi les vaccins infantiles.

Dominique Penel, Pharmacienne à Saint-Avertin

Les pharmaciens sont parfois obligés d'inciter les patients à retourner voir leur généraliste pour obtenir une autre prescription. Autre solution, appeler ses collègues pharmaciens pour voir s'ils n'ont pas le produit. 

Médicaments - Radio France
Médicaments © Radio France

Alors, à qui la faute? Les grossistes, les intermédiaires entre laboratoires et pharmaciens sont montrés du doigt. Ils vendraient une partie de leurs stocks à l'étranger, car plus rentable. Une version que ne croit pas le syndicat des pharmaciens d'Indre-et-Loire. C'est au gouvernement d'agir pour inciter fortement les industriels à fournir les médicaments et les vaccins en quantité suffisante selon le Syndicat.

Charles Brosset, Président du Syndicat des Pharmaciens d'Indre-et-Loire

"Ne soyons pas alarmiste" dit un autre pharmacien d'Indre-et-Loire. "Oui, il y a pénurie, mais n'ajoutons pas d'inquiétude à des patients déjà fragilisés par leur maladie. "Pour l'instant, les gens sont soignés" dit-il.